Les usines

 

L'usine La Salamandre à Clichy (Hauts de Seine)

Ouverte probablement depuis 1900, c'est l'usine principale. Elle est située proche de la Seine sur une surface au sol qui représente 7414 m². L'entrée principale est au 54 rue du Réservoir devenue depuis la rue Médéric. De cette usine sont sorties la majorité des 700 à 800 000 salamandres fabriquées. Les salamandres sont assemblées à partir de pièces en fonte venant des différentes usines des Ardennes et les travaux de finition sont effectués à Clichy (émaillage, nickelage, montage des décors en faïence...). En 1914, les usines des Ardennes sont occupéses par les Allemands, ce qui oblige l'usine à se reconvertir complètement. Dès décembre 1914, elle fabrique des pièces pour les obus de 75 mm : douilles à visser, tubes cylindriques avec contôle des dimensions au 1/10 mm. En février 1915, l'usine tourne jour et nuit. En juillet 1915, avec de nouveaux tours, Edmond CHABOCHE envisage de fabriquer des obus de 155 mm. Le 5 octobre 1922 est inaugurée la fonderie (Rosa Margarita RIVAS-CHABOCHE Parcours d'une Vie page 120 - Jean-Luc MÉLOT. Autun, juin 2015). L'objectif est d'éviter la rupture d'approvisionnement en pièces de fonte, comme ce qui s'était passé entre 1914 et 1918. L'usine occupe environ 200 personnes jusqu'en 1925. Puis les effectifs diminuent progressivement. Entre 1948 et 1952, il y a environ 90 personnes dirigées par André CHABOCHE, sous les ordres de mon grand-père Pierre CHABOCHE. Parmi elles, il y a 3 contremaîtres dont MM. CHATRAIN et DENJEAN, habitant sur le site de l'usine comme André CHABOCHE. Durant cette période l'activité principale est la fabrication de radiateurs électriques à quartz, de chaufferettes et de cuisinières électriques. L'usine est fermée au moment de la liquidation de l'entreprise fin 1953, début 1954.

L'usine de Clichy en 1950 d'après plan du 22 avril 1943 et plan d'André CHABOCHE (lettre du 20/6/02)

 

Photo du coin de la rue du Chemin Vert et de la rue Médéric (juin 2002). C'est de ce coin que l'aspect de l'usine a le moins changé. Le bâtiment bas en briques au premier plan correspond bien à la description de l'atelier de nickelage. Puis on voit l'entrée de la petite cour et enfin le bâtiment à double toit occupé par la société Hertz est le bâtiment de la fonderie.

 

Photo prise du haut de l'escalier de la rue du Chemin Vert venant du Boulevard Jean Jaurès (juin 2002). Cet escalier est noté sur le plan d'André CHABOCHE. Au bout de la rue à gauche on distingue l'atelier de nickelage.

 

Rue du Port (juin 2002). Dans le bâtiment en briques peintes en blanc se trouvait très probablement la société ARCOS. L'immeuble à droite de la photo est à  l'emplacement de la grande cour et des maisons LEVIEZ et André CHABOCHE. Quant à l'immeuble à l'arrière de la photo, il occupe le terrain réservé, qui déjà en 1950 était promis à une expropriation prochaine.

 

Coin de la rue du Port et de la rue Médéric (juin 2002). A gauche l'immeuble en briques rouges de la fonderie de l'usine La Salamandre. Au premier plan l'immeuble de la société ARCOS. Sur le plan de l'usine en 1943, c'est aussi le seul coin en biseau.

 

Rue Médéric de la rue du Port à la rue du Chemin Vert (juin 2002). Celle-ci débute entre le bâtiment bas de l'atelier de nickelage et l'immeuble en arrière-plan.

 

 

 

 

Les fonderies MANIL à Vivier-au-Court (Ardennes)

Photo P. CHAGOT (Terres Ardennaises n° 85 Décembre 2003)

 

En-tête de la société Fonderies MANIL en 1951

L'histoire de MANIL remonte à 1790 (société Abraham et Jules MANIL). Le 1er juillet 1902, Jules et Paul WINTENBERGER rachètent l'entreprise de Jules MANIL. En 1912, Edmond CHABOCHE rachète la majorité des actions de la société. L'entreprise se situe à 8 kilomètres à l'Est de Charleville-Mézières et est constituée de deux usines. La société est connue pour ses articles ménagers en fonte (fers à repasser, gaufrier etc..). Pendant la guerre de 1914 - 18, les Allemands vident les lieux des machines mais les bâtiments échappent à la destruction (lettre d'Edmond CHABOCHE du 20/12/1918). De nombreuses pièces pour les salamandres sont sorties de cette usine. Après 1945, les fonderies MANIL achètent la licence pour la France et les territoires de l'union française, du procédé EATON de moulage de la fonte en coquille. Cet achat est fait par mon grand-père Pierre CHABOCHE auprès de la société anglaise QUALCAST Ltd, premier fabricant de tondeuses à gazon au Royaume-Uni, contre la somme de 2 000 £ (soit un peu moins de 2 millions de Francs) plus 2 000 £ par machine, six mois après la mise en service de la dite machine. Le procédé américain EATON de la fonte en coquille dans des moules métalliques et non dans des châssis emplis de sable permet de réutiliser les moules des centaines de fois et bien sûr d'augmenter la productivité de l'usine. MANIL reprend plus activement la fabrication et la vente d'articles de quincaillerie en fonte, complémentaires des pièces pour les salamandres. En 1951, MANIL produit par mois 40 à 60 tonnes d'articles usinés en fonte contre 20 tonnes à Clichy. En mai 1952, Edmond, Henri et Pierre CHABOCHE envisagent de vendre leurs 684 actions mais la société est mise en liquidation judiciaire le 8 avril 1953. MANIL repart ensuite sous la direction de M. FRINGHIAN, beau-père de mon oncle Philippe CHABOCHE, lui-même directeur commercial de MANIL, et continue de fabriquer des pièces de fonderie, en particulier des pièces pour l'industrie automobile : plaquettes de frein pour FERODO, maîtres-cylindres et disques pour BENDIX. Entre 1953 et 1957, c'est Jean CHAMBRELAN, mon oncle qui est le directeur du site, M. FRINGHIAN étant le président directeur général. Puis en 1957, M. FRINGHIAN rachète le solde des actions MANIL de tous les actionnaires à ce jour (Mme DEVILLERS, le docteur TURIAF, M. BLOCK, Xavier DIVRY, mon père etc. ) et dirige lui-même l'usine, M. FROUX devenant son principal collaborateur. En 1972, il revend l'entreprise à la société américaine EATON dont le siège social est à Détroit.  Les fonderies MANIL disparaissent en 1981 après des conflits sociaux assez lourds dans les années 1970. Vivier-au-Court reste un centre important pour la fonderie avec La Fonte Ardennaise, 3ème entreprise du département des Ardennes en 2015, avec un chiffre d'affaires de 108 M€.


 

Les fers à repasser Jules MANIL dits gendarmes sont en fonte et ont différentes tailles et épaisseurs de semelles qui correspondent à des numéros différents : n° 4 , n° 5 etc. Avant de pouvoir repasser du linge, ces fers étaient posés sur des sources chaudes comme des cuisinières, des poêles ou des salamandres. La salamandre modèle Glycine avec son plateau supérieur plat était particulièrement bien adapté.

 

Gaufrier électrique Jules MANIL - Le Mondain, 110 volts

 


En-tête et bas de page au nom de la société des Fonderies MANIL en 1972, juste avant la vente à EATON

La revue Terres Ardennaises n° 85 (décembre 2003) contient un article complet de Michel COSSARDEAUX sur MANIL (information sur internet donnée par l'association La plume Ardennaise).

 

 

 

 

 

La fonderie des Mazures (Ardennes)

La fonderie des Mazures avant 1922.

Créée en 1897, la fonderie des Mazures se trouve dans le village des Mazures, entouré par la forêt des Ardennes, à 18 kilomètres au nord de Charleville-Mézières. Comme MANIL, la fonderie des Mazures fabrique des articles en fonte pour les salamandres. Émile HÉNON, après avoir été contremaître d'Edmond CHABOCHE devient directeur de l'usine et probablement un des principaux actionnaires. Pendant la guerre de 1914-18, les Allemands vident les lieux des matières premières, des produits finis et d'une partie des machines (lettre d'Edmond CHABOCHE du 20/12/1918). L'usine recommence à produire en mai 1920. En 1927, Émile HÉNON décède et son fils Albert prend la direction de l'usine. Pendant la guerre de 1939-45, l'usine est à nouveau occupée par les Allemands qui en font un camp d'internement. Après la guerre, l'usine est définitivement abandonnée. Les pierres de l'usine sont récupérées par Émile HÉNON, le fils d'Albert qui s'en sert pour construire une ferme aux Hauts Buttés, sur la commune de Revin. Émile HÉNON est un passionné de chevaux de race ardennaise, particulièrement vigoureux. Ces chevaux sont en effet les seuls à être revenus de la campagne de Russie en 1812.

 

 

 

 

 

La fonderie de Revin (Ardennes)

Créée en 1908 par Émile HÉNON, la fonderie produit des pièces de fonte pour les salamandres CHABOCHE ainsi que des pièces en « fonte mécanique très douce ». La compétence et le dynamisme montrés par Émile HÉNON à l'usine des Mazures poussent Edmond CHABOCHE à lui prêter l'argent nécessaire pour monter sa propre usine à Revin, à 6 km des Mazures. Émile HÉNON rembourse intégralement ce prêt, en moins de deux ans, grâce à la forte augmentation de production des salamandres. Comme pour les fonderies MANIL et la fonderie des Mazures, celle de Revin est très endommagée durant la guerre de 1914-18. Les matières premières, les produits finis et les machines sont enlevés par les Allemands. De plus, la proximité des ponts sur la Meuse a entraîné des bombardements qui ont détérioré les bâtiments. Émile HÉNON remet en état cette usine qui peut à nouveau produire dès octobre 1919. Malgré d'excellents rapports entre Émile HÉNON et Edmond CHABOCHE, il y a quelques frottements en décembre 1919 lorsque Émile HÉNON obtient, non sans mal, une hausse des prix des pièces moulées. Les fonderies Émile HÉNON (Mazures et Revin) produisent en 1921 1200 tonnes de fonte et emploient plus de 100 personnes. Après le décès d'Émile HÉNON en 1927, son fils Albert reprend la direction de l'entreprise et emploie plus de 200 personnes en 1929. Il est aussi actionnaire de MANIL. Les liens avec la famille CHABOCHE restent étroits. Ainsi le 27 janvier 1930, Albert HÉNON et sa femme recoivent pour dormir chez eux, Edmond CHABOCHE fils et sa femme Rosa Margarita née RIVAS (Rosa Margarita RIVAS-CHABOCHE Parcours d'une Vie page 137 - Jean-Luc MÉLOT. Autun, juin 2015). L'activité des fonderies Émile HÉNON se poursuit jusqu'en 1974-75, sous la direction d'Émile HÉNON, le fils d'Albert.

 

 

 

 

 

L'atelier du 33-35 rue Rodier (Paris 9ème)

Le siège social est pendant plusieurs années le seul atelier de fabrication. Sur environ 2000 m² au sol, il y a une petite fonderie d 'où sont sorties les premières salamandres. C'est aussi là que toutes les voitures et les camions à vapeurs sont fabriqués jusqu'en 1910. L'atelier ne sert plus ensuite, sur une faible surface, qu'aux réparations de salamandres et à la mise au point de nouveaux produits. Ainsi au sous-sol mitoyen de la rue de la Tour d'Auvergne se trouve vers 1934, une presse PINCHART DENY pour la réalisation de plaques-modèles, servant pour certains moulages de fonderie. Cette presse est ensuite déménagée à Clichy. Pendant la dernière guerre, pour éviter une réquisition par les Allemands, les frères CHABOCHE louent les locaux à la Croix-Rouge puis après guerre et jusqu'à la liquidation de l'entreprise à  la Sécurité sociale. Au rez-de-chaussée où se trouvait avant 1910, la plus grande surface libre de l'atelier, une grande salle d'exposition permet de présenter les différents modèles de salamandre et en particulier les nouveautés.

 

Intérieur de la rue Rodier : la salle d'exposition

original Chantal CHABOCHE

Au rez-de-chaussée en entrant par  la rue Rodier le visiteur découvre une grande salle d'exposition d'environ 190 m² avec 6 colonnes intérieures. La lumière à gauche vient de la cour intérieure faisant le coin entre la rue Rodier et la rue de la Tour d'Auvergne. Les deux guichets au centre de la photo correspondent à la caisse. Derrière la porte vitrée à gauche de cette caisse se trouve le bureau du chef du personnel. Au premier plan on distingue trois salamandres Renaissance, au-dessus, autour de la colonne, ce sont des modèles Anglais et enfin à gauche dans la zone la plus claire il y a des salamandres Louis XVI. Cette salle est utilisée comme salle de réunion.

En dehors des heures de travail, cette salle est utilisée comme salle de spectacle, par exemple dans les années 1923 - 1924, où Paul SORTAIS joue avec Simone VENNIN la pièce de COURTELINE « La Paix chez soi » (pièce de théâtre écrite en 1903 pour deux personnages, TRIELLE et sa femme Valentine). En1938, elle sert pour une soirée à l'occasion des 18 ans de ma mère. Tous ses cousins en gardent un souvenir émerveillé, en particulier Chantal CHABOCHE qui, plus jeune n'a eu le droit que de regarder à travers les guichets grillagés de la caisse.

 

plan d'avril 1950 (rez-de-chaussée)

Sur ce plan de 1950, on peut voir que les les 2 rangées de 3 colonnes métalliques de la salle d'exposition se prolongent dans les bureaux. La salle d'exposition a donc été probablement la structure initiale intérieure de l'atelier de la rue Rodier avant 1910. Les trois bureaux de direction ayant leurs fenêtres sur la cour sont occupés par une salle de dessin et de moulage (bureau de gauche) par le bureau d'Henri et de Pierre CHABOCHE (bureau du milieu) et par le bureau d'Edmond CHABOCHE (bureau de droite). Ce dernier était, avant 1929, le bureau de mon arrière-grand-père, Edmond CHABOCHE. Quant à celui du milieu c'était le fumoir.

 

L'atelier du 30-32 rue de la Tour d'Auvergne (Paris 9ème)

 

Original Daniel CHABOCHE

 

À droite de l'entrée vers le n° 30, se trouve l'immeuble précédent de la rue Rodier. Le rez-de-chaussée et le premier étage du 32 rue de la Tour d'Auvergne sont utilisés pour le stockage et la réparation des salamandres.

 

Original Daniel CHABOCHE

Sur cette vue de salamandres à réparer, on peut noter, le tiroir manquant de la salamandre Louis XVI de gauche, les micas cassés de la salamandre Tritonia à coté. Dans le fond à droite, on aperçoit une salamandre Kritos avec une poignée métallique. Ce type de salamandre ayant été créé en 1934, la photo est donc postérieure à 1934.

 

Page suivante

(retour)