La famille DIVRY en 1920

lors du baptême des cloches de l'église Saint-Pierre de Fourmies

Léon DIVRY entouré de ses enfants et petits-enfants

Au dernier rang, Léon DEGAIGNE (un peu caché par sa fille) ; au deuxième rang, de gauche à droite, Adrienne DEGAIGNE, mes grands parents Édouard  et Madeleine DIVRY née GUISGAND, enceinte de Michel, Hélène DEGAIGNE, Thérèse LEQUIME (avec un noeud dans les cheveux), Louise DEGAIGNE née DIVRY, Théophile DIVRY, Marie-Thérèse DIVRY, Thérèse DIVRY née BOURET épouse de Théophile, Fernand LEQUIME (avec un chapeau sur la tête) devant ses deux enfants Pierre et à droite Louis ; au premier rang assis, de gauche à droite, André DEGAIGNE, Clotilde DIVRY épouse LEQUIME, Léon DIVRY, Henriette DIVRY et Léopold DIVRY.

Cette photo a été prise à l'occasion du baptême des cloches de l'église Saint-Pierre de Fourmies et en particulier celle de 600 Kg offerte par la famille DIVRY.




« En 1920, sur cette photo, nous découvrons les noms des trois nouvelles cloches de l’église Saint-Pierre, fabriquées dans les ateliers de la société Wanthy, à Douai. Chacune d’entre-elles porte gravé son acte de baptême.
Sur la petite de 400 Kg, on peut lire « J’ai reçu au baptême les noms de Pauline-Félicie. J’ai eu pour parrain Alexandre Dumas, pour marraine Pauline Legrand. Je sonne le renouveau de l’industrie de Fourmies dont les métiers ont été pendant l’invasion, systématiquement brisés et mis en morceaux par les Allemands. J’appelle les bénédictions du ciel sur le labeur des Fourmisiens ».
Sur la moyenne de 600 Kg, « J’ai nom Marie-Thérèse. J’ai pour parrain et marraine Léopold et Thérèse Divry. Je suis l’ex-voto offert en l’an de grâce 1920 par la famille Divry en mémoire de l’insigne protection accordée à ses trois fils : Edouard, Théophile et Léopold revenus sains et saufs de l’horrible guerre. Je sonnerai la reconnaissance au Très Haut et prierai pour que disparaissent à jamais les maux de la guerre ».
Enfin sur la troisième pesant 1000 Kg, il est écrit « Je m’appelle Gabrielle-Céline. En l’an 1920, tous les habitants de la paroisse Saint-Pierre de Fourmies, désolés de la destruction de leurs cloches brisées en morceaux par l’envahisseur sacrilège et converties en canon, meurtriers de leurs enfants, se sont généreusement cotisés pour que je remplace mes sœurs disparues. J’ai eu pour parrain Edgard Legrand, pour marraine Céline Clavon, veuve Staincq. Je reprends la vieille chanson interrompue, qui porte au ciel la louange, appelle les hommes à la prière, sourit sur les berceaux, égale les épousailles, verse la plainte et l’espérance sur les cercueils.
A. Masclet, curé. E. Coppeaux, maire ».
Le samedi 5 mai 1974, les trois cloches de l’ancienne église Saint-Pierre étaient déposées au sol. Après la destruction de cet édifice et la reconstruction du nouveau sanctuaire, le jeudi 29 janvier 1976, la plus grosse des trois cloches gagnait le campanile. Quelques jours après, c’était le tour des deux autres. »

Extrait du livre de Claude LOMPRET, Fourmies, Ohain, Mondrepuis, Tome V, page15, Éditions Alan Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire, 2008



Carte postale colorisée : Fourmies - Église Saint-Pierre- Sortie du baptême des cloches en 1920
Extrait du blog de Chrisnord Trélon (chris59132.canalblog.com)



Les trois cloches de l'église Saint-Pierre en 1974 avant d'être remontées dans la nouvelle église.
Extrait du blog de Chrisnord Trélon (chris59132.canalblog.com)



L'église Saint-Pierre reconstruite en  1976

(retour)