Les camions à vapeur CHABOCHE 1900 - 1910

 

 

Le modèle de la voiture de commerce de 2 tonnes 20 chevaux ou camion léger, du catalogue de 1901, rencontre un certain succès. Ce modèle s'améliore avec la création du modèle de 5 tonnes qui est plus gros et plus stable avec sa chaudière placée en retrait du châssis avant. Il utilise depuis 1906 un nouveau moteur dit compound comprenant deux cylindres, un de haute pression à 6-7 bars et permettant de monter jusqu'à 16-20 bars, et un autre de basse pression qui sert pour l'échappement jusqu'à la pression atmosphérique. Ce modèle plus performant est fabriqué probablement de 1906 jusqu'en 1910.
Voici comment il était présenté en 1911 :

 

« 5 tonnes ou les plus lourds d'entre les poids lourds »

« Une consommation d'environ 600 litres d'eau aux 100 kilomètres ! »

 

Parmi les personnes qui s'occupent de locomotion utilitaire depuis suffisamment d'années, il doit y en avoir qui se souviennent des prouesses effectuées en 1900 "il y a plus de dix ans" ! par le camion à vapeur CHABOCHE. A ces époques lointaines de l'histoire de l'Automobile, se tenaient, à l'annexe de Vincennes de l'Exposition Universelle, les concours Automobiles.

Tous les jours il suivaient leurs itinéraires par les côtes abruptes du Mont-Cenis à Montmartre, la descente périlleuse de la rue Lepic et les encombrements du centre.

Le plus lourd d'entre les poids lourds, le véhicule CHABOCHE, carrossé pour la livraison des liquides en bouteilles était la providence des malheureux concurrents auxquels leur moteur manquait soudain de parole, et remorquait, infatigable, jusqu'au sommet des côtes trop fortes, le confrère à pétrole, ou électrique, au moteur asthmatique ou trop faible.

C'était l'époque héroïque, et déjà CHABOCHE était au point, et dans le véhicule à vapeur, fidèle à ses convictions, il a continué durant ces dix années à perfectionner sans relâche, pour nous donner le véhicule réellement pratique, fonctionnant au coke, dont le prix de revient en combustible arrive à une économie telle que son influence sur un budget d'exploitation est absolument insignifiant.

Le châssis exposé au dernier salon était du type courant, 5 tonnes, dans lequel s'est spécialisé cette maison. Il peut recevoir tout genre de carrosserie, plateforme avec ou sans ridelles, benne basculante, etc.

 

Camion à vapeur 5 tonnes CHABOCHE

 

Ce châssis est actionné par un moteur à vapeur à deux cylindres, à double effet compound de 30 chevaux, avec distribution par tiroirs à détente variable et permettant la marche arrière. La vapeur surchauffée est fournie par une chaudière de type semi-instantané. Le combustible employé normalement comme nous le disions plus haut, est le coke, fourni à la grille par un chargeur automatique à la volonté du conducteur. La vapeur d'échappement est presque totalement recueillie par un condenseur soufflé. Le mouvement est transmis aux roues par de fortes chaînes, les roues brevetées, en acier moulé, sont montées à billes ; leur surface de roulement est divisée en deux bandages séparés par une partie de bois debout, comprimé et armé. Cette disposition évite les dérapages et annule sensiblement l'entretien.

La dépense est particulièrement remarquable, elle ne dépasse pas, pour le coke, 0,008 F. D'autre part la réserve d'eau de 350 litres suffit pour un trajet de 50 kilomètres en charge sans réapprovisionnement.

R.L. Le Poids Lourd, 1911

 

 

Plan du châssis à vapeur CHABOCHE

Le châssis du camion à vapeur CHABOCHE

 

Le moteur est du type vertical ; il se dissimule habilement sous un capot que ne renierait pas la plus formaliste des voitures à essence. ce capot abrite d'ailleurs tous les organes nécessitant quelque manipulation : annexes du moteur, réservoirs de toute sorte.

Ce moteur a d'ailleurs été ingénieusement conçu : à la partie supérieure vient s'agrafer toute la tuyauterie ; le carter est formé de deux sections boulonnées, à la partie desquelles est relié tout le mécanisme moteur : vilebrequin, pistons, etc.

Cette disposition assure une réparation du moteur extrêmement aisée : la tuyauterie toute entière reste en place, indifférente au démontage : on emporte le morceau inférieur du carter avec tout le mécanisme et on répare tout à l'aise.

Extrait de Les perfectionnements automobiles en 1906 par le comte MORTIMER-MEGRET, Paris, Edition DUNOD, 1906

 

 

Affiche MILLIEQE ET LOCKERT

 

 

Original Bernadette CHAIGNET

 

L'affiche montre Edmond CHABOCHE devant un camion léger de 2 tonnes 20 chevaux créé en 1901 et  fabriqué dans son entreprise. Le dessin est particulièrement bien fait. La tête d'Edmond CHABOCHE, déformée par rapport au corps, est très ressemblant.

 

 

La concurrence

 

Un concurrent le bordelais Valentin PURREY qui avait débuté en 1898 continuera jusqu'en 1923. L'aspect de ses camions à vapeur ressemble étrangement aux camions CHABOCHE.

Camion Valentin PURREY

Extrait de Les camions en 1000 photos  de LECAT, LELIGNY, REYES, Paris, Éditions SOLAR, mai 2000

(retour)