Les usines DIVRY

 

L'usine de Sains-Richaumont (Aisne)


C'est aussi le siège social de l'entreprise de 1902 à 1938. L'usine avec 251 métiers à tisser est achetée en 1902 par Léon Divry. En 1938, après son décès, cette usine est attribuée en partage, à mon grand-père Édouard, né le 17 décembre 1884, puis vendue après sa mort le 23 mars 1939. L'usine est achetée par la société Bourlet-Dandre qui devient en 1946 - 1947, la seule société de textile de Sains-Richaumont, après le rachat des tissages Millet-Boivin et de la société textile du nord de l'Aisne. Cette activité textile s'arrête définitivement le 18 juin 1976.  (Pour plus de précisions, voir l'article sur l'histoire de Sains-Richaumont de Christian Lemaire de décembre 2003 et prendre contact avec Brigitte Divry : brigittedivry@yahoo.fr ). Le site industriel, sur 5200 m² existe toujours.

 

La première usine de Fourmies (Nord)


L'usine de filature est créée en 1852. Les bâtiments industriels sont pour la plus grande partie détruits après 1918.

L'usine de tissage de Fourmies (Nord)


Le tissage est créé en 1875, le long de l'Helpe mineure à côté du bâtiment précédent. Pendant la guerre de 1914-1918, l'usine est occupée par les Allemands qui y installent un camp de prisonniers français. L'usine est remise en route en 1923. La société « Th. et L. Divry & Cie S.A.R.L ». est fondée le 20 juin 1938, au capital social de 75.000 francs. Léopold Divry, fils de Léon, né le 14 juillet 1895, apporte l’usine de tissage, sise à Fourmies, comprenant un ensemble de bâtiments et de terrains avec cour, jardins et dépendances d’une superficie de 88 ares 30 centiares, et tout un matériel de tissage et d’approvisionnement. Les bâtiments sont vétustes. La chaufferie, les deux magasins datent de 1852. La forge, les écuries, l’encollage datent de 1904. Quant au bâtiment principal, il date de 1921. Enfin, le matériel, à quelques exceptions près, date de 1920. Théophile Divry, fils de Léon, né le 28 juin 1890, apporte quelques maisons ouvrières sises à Sains-Richaumont, des valeurs mobilières et des espèces pour une valeur de 375.000 francs. L’affaire fourmisienne tourne de juin 1938 au 10 mai 1940. Après les hostilités et l’occupation du pays en octobre 1940, Léopold remet seul en route l’affaire pour solder le compte de matière de la Maison Divry et Cie, de février 1941 à novembre 1941. L’usine reprend son activité le 15 mars 1947 avec deux gérants, Théophile et Léopold Divry, L’aîné, Théophile, pour des raisons de santé, a, suivant les statuts de la société, remis en délégation une partie de ses pouvoirs à son propre fils, Stéphane Divry. En 1953, Léopold rachète les parts de Théophile. Le tissage est totalement arrêté. En 1954, il y a reprise partielle de l’activité avec 12 à 20 métiers en marche puis 12 à 15 métiers en 1955. Faute de commandes suffisantes et face aux charges énormes, le tissage ferme définitivement le 31 décembre 1973. Le magasin d’usine continue son activité jusqu’en 1988. Il est tenu par Anne-Marie Divry, fille d’Henri et petite-fille de Léopold.


Photo extraite du livre Fourmies et ses environs - Mémoires en images de Claude LOMPRET et Jérôme CHRÉTIEN, Alan Sutton, mai 2001

Texte sur la société DIVRY & Cie provenant de Fourmies en Avesnois par Claude LOMPRET, Tome VII page 8, Claude Lompret et Club Cartophile Fourmies - Thiérache, 2015

(retour page d'accueil)