SAINT-CYR-NUGUES


Cyr NUGUES dit SAINT-CYR-NUGUES


Lieutenant général (Romans (Drôme) 18.10.1774 - Vichy (Allier) 25.7.1842)  

                                                                                                                   

  Fils de Claude Étienne Nugues, négociant en gros et de Charlotte, née Enfantin, Nugues est baptisé le jour de sa naissance.
Son parrain est Pierre Enfantin, avocat consistorial au parlement de Grenoble et sa marraine est Marie Enfantin, sa grand-tante.
Aide commissaire des guerres en octobre 1792, il est à l'armée des Pyrénées en 1792 - 93,
employé comme secrétaire auprès des généraux Brune, Moreau, Joubert et Championnet jusqu'au 18 septembre 1799,
date de son intégration dans l'armée avec le grade de sous-lieutenant provisoire à l'état-major de l'armée d'Italie.
Nugues est confirmé dans son grade de sous-lieutenant le 2 mai 1800.
Lieutenant provisoire le 11 décembre 1800 puis capitaine provisoire le 28 janvier 1801,
il est confirmé dans ce grade le 28 juillet 1801. Il devient aide de camp de Suchet le 2 janvier 1802.
Il l'accompagne au camp de Saint-Omer puis à la Grande Armée de 1805 à 1807.
Il est chef de bataillon le 2 janvier 1807 puis adjudant-commandant le 22 octobre 1808
et chef d'état-major de la division Suchet employée en Espagne.
C'est Saint-Cyr-Nugues qui négocie la capitulation de Tortosa les 1er et 2 janvier 1811.
Il est au siège de Tarragone du 4 mai au 28 juin 1811 et s'empare du fort de Francoli le 7 juin 1811.
Baron de l'Empire le 13 juillet 1811, général de brigade le 6 août 1811,
il est chef d'état-major de l'armée d'Aragon en 1811 puis d'Aragon et de Catalogne en 1813, toujours dirigée par Suchet.
Il apprécie l'efficacité de l'aide de l'armée italienne et en particulier de celles des généraux Severoli et Bertoletti.
Pendant les Cent-Jours Saint-Cyr-Nugues retrouve Suchet à l'armée des Alpes. Mis en non-activité le 1er octobre 1815,
il est à nouveau employé à l'état-major général en 1818.
Il est directeur des travaux de la section historique du dépôt de la guerre le 1er février 1820.
Il participe à l'expédition d'Espagne comme chef d'état-major de Lauriston le 18 juin 1823
et est au siège de Pampelune en septembre 1823.
Nugues est nommé lieutenant général le 18 novembre 1823.
Il est directeur du personnel au ministère de la Guerre le 5 octobre 1830 et est membre de plusieurs commissions.
Il participe à la campagne de Belgique en 1831 et sert au siège d'Anvers comme chef d'état-major général.
Il y est blessé d'un éclat d'obus à l'épaule dans la nuit du 18 au 19 décembre 1832.
Nugues retrouve sa place de directeur du personnel des opérations militaires
au ministère de la Guerre le 30 juillet 1834 où il anime plusieurs commissions.
Il est en particulier président de la commission spéciale d'état-major.
En 1836, à la demande de Thiers, il établit la première liste de 384 noms à graver sur l'Arc de Triomphe.
Saint-Cyr-Nugues est placé dans la section de réserve le 31 janvier 1840. 

Il est enterré à Vichy puis transféré, en 1968, au cimetière de Romans (26100).
Il laisse des Mémoires qui font autorité et des articles publiés au
Spectateur militaire
et au Bulletin de la Société de géographie. Son mémoire sur
le Passage des Alpes par Annibal est très remarqué.
Son nom est inscrit sur l'Arc de Triomphe en 1841, sur le plier ouest, en colonne 39.

 

Extrait du portrait du général Saint-Cyr-Nugues par Ary Scheffer, vers 1840

 

  La première  liste de 384 noms à inscrire sur l'Arc de Triomphe de l'Étoile

Le 6 janvier 1834, Adolphe Thiers, ministre de l'Intérieur demande au général Saint-Cyr-Nugues d'étabir une liste de 384 noms de héros et 96 noms de victoires à inscrire au bas des 4 piliers de l'Arc de Triomphe.

Saint-Cyr-Nugues répond le 6 févier 1836 par la lettre transcrite suivante (accompagnée de la copie de l'original) :

Paris, 6 février 1836 

Monsieur le Ministre,

Après avoir accueilli ma proposition sur quelques changements à introduire dans les noms des victoires déjà inscrits à la partie supérieure de l’Arc de Triomphe de l’Étoile, vous avez désiré que je fisse un travail pour recueillir les noms de lieux et d’hommes célèbres qui pourraient encore figurer dans les parties inférieures du monument. Je me suis livré aux recherches que demandait ce travail, en me renfermant dans les proportions tracées par l’architecte, et je viens vous en soumettre le résultat. J’ai l’honneur de vous adresser

1° sous le n° 2, un tableau de 96 noms de batailles, combats et sièges mémorables servant de complément du n° 1 qui vous est déjà connu, mais que je remets sous vos yeux comme objet de comparaison. Je n’ai point adopté l’idée de répéter ici des noms qui figurent en haut sur les boucliers. Il me semble que l’unité du monument s’oppose à ce double emploi : d’ailleurs dans le grand nombre de nos victoires il y en a encore beaucoup d’omises, et pour composer ce tableau, j’ai été obligé de procéder par réduction.

2° sous le n° 3, les noms de 384 militaires, les plus distingués parmi ceux de nos chefs qui ont combattu à la tête des troupes, sous la République et sous l’Empire, soit comme généraux en chef ou maréchaux, soit comme commandants de corps d’armée et lieutenants-généraux, soit comme généraux de division, et même comme généraux de brigade et colonels, ceux-ci en petit nombre, mais choisis de préférence quand ils se recommandent par des services éminents, ou par une mort glorieuse sur le champ de bataille. Ce travail comme le précédent est divisé en quatre parties, correspondant aux quatre faces du monument, de la même manière que nos divers théâtres de guerre correspondent au nord ou à l’est, à l’ouest ou au sud de la France et de l’Europe. J’ai évité dans ces nomenclatures l’ordre alphabétique, non seulement comme froid et insignifiant, mais parce que d’ailleurs il ne se prête pas aux divisions et subdivisions qu’exigent quatre catégories différentes. J’ai préféré un ordre que j’appellerai historique, c’est-à-dire où les groupes sont formés chronologiquement, géographiquement et jusqu’à un certain point hiérarchiquement, autant que ces trois données ont pu se concilier. Mais on sent bien que là une rigoureuse exactitude dans les détails n’était ni possible, ni indispensable.
J’ai indiqué par un signe ceux de nos chefs militaires qui ont péri au champ d’honneur. Je crois qu’en inscrivant leurs noms sur la pierre, on pourrait les faire précéder ou l’accompagner d’une étoile : cette distinction durable serait un acte de justice.
On pourra trouver que plusieurs noms dignes de mémoire manquent à cette liste : je ne pense pas qu’il puisse y avoir motif d’effacer aucun de ceux qui y sont, lors même qu’ils n’ont pas jeté un grand éclat, tous ont un titre incontestable, celui d’avoir  exercé un commandement, d’avoir conduit au combat les défenseurs de la patrie, comme on les appelait alors, dans ce temps où le dévouement était aussi difficile que nécessaire. Toutes les illustrations militaires n’ont pas des victoires pour base. Quelques unes ont été méconnues, d’autres se sont obscurcies et comme éclipsées d’elles-mêmes, d’autres enfin, il faut en convenir, se sont démenties. Mais quoique Pichegru ait trahi la cause nationale, c’est lui qui a conquis la Hollande ; c’est Scherer qui a été le vainqueur de Loano ; et si Luckner, Houchard et Custine, si Biron, Dillon et Deflers ont péri sur l’échafaud, leur mémoire mérite d’être réhabilitée, lorsque récapitulant nos victoires nous en considérons l’origine. Aujourd’hui peut-être plusieurs de nos grands noms de France aimeraient mieux ne pas se voir retracés dans la commémoration de nos guerres républicaines. Mais les faits sont acquis à l’Histoire, et il est bon de rendre justice à tous, fut-ce en dépit d’eux-mêmes.
Parmi les généraux français vous remarquerez quelques noms polonais, allemands, italiens etc. Les étrangers qui ont combattu dans nos rangs et dans les premiers grades ont droit à ce souvenir : j’ai crû devoir le consacrer soit comme un hommage à la vérité, soit comme une preuve de la sympathie européenne que la France a rencontrée dans les grandes crises.

Dans le tableau n° 2, j’ai ajouté à tant de combats quelques uns de nos beaux sièges, genre de guerre où notre supériorité sous le rapport de l’art est incontestable. De même dans le n° 3 consacré à l’armée de terre si longtemps seule combattante et victorieuse, j’ai entremêlé le nom de plusieurs marins (au nombre de douze), qui depuis l’origine de la guerre ont commandé avec honneur nos vaisseaux et nos escadres.
J’espère que ces diverses combinaisons ne seront point improuvées par vous si vous voulez bien peser les motifs qui me les ont dictées.

3° enfin je joins sous les n° 4 et 5, deux tableaux présentant l’un les noms de 28 armées qui ont été organisées et ont combattu sur divers théâtres, y compris la Grande armée qui a elle seule en comprend plusieurs, l’autre les noms des 16 capitales où les armées françaises sont entrées triomphantes. D’après ce que m’a dit l’architecte, votre intention est qu’il entoure de noms ou d’emblèmes correspondant à tout le reste quatre trophées qui figureront aux angles du monument. Ces deux tableaux pourront servir à remplir ce but : ce sera à lui d’en combiner l’emploi de la manière la plus convenable, suivant les emplacement qu’il aura su se ménager. Quant la vue et la jouissance de l’Arc de l’Étoile seront livrées au public, si quelques parties de détail ne peuvent être mises à portée de tous les yeux et de toutes les intelligences qu’au moyen d’explications, je pense qu’il sera utile et facile de faire un livret descriptif, qui sera lu avec curiosité par les visiteurs de notre monument national.

Je désire, Monsieur le Ministre, que ce travail, auquel j’ai mis tout le soin consciencieux dont je suis capable, obtienne de vous un examen attentif ; et s’il remplit vos vues, il ne restera plus qu’à ordonner la mise à exécution des propositions qu’il contient.
Je suis avec respect, votre très humble et très obéissant serviteur.

Signé Le général Saint-Cyr-Nugues



 

n° 1 nom de trente batailles principales inscrites sur les boucliers de l’Arc de triomphe de l’Étoile.


VALMY  JEMMAPES  FLEURUS  MONTENOTTE  LODI  CASTIGLIONE  ARCOLE  RIVOLI  PYRAMIDES  ABOUKIR  ALKMAER

ZURICH  HELIOPOLIS  MARENGO  HOHENLINDEN
ULM  AUSTERLITZ  IENA  FRIEDLAND  LA COROGNE (1)  ESLING  WAGRAM  MOSKOWA  LUTZEN  BAUTZEN  DRESDE (2)
HANAU  MONTMIRAIL  MONTEREAU  LIGNY


 (1)   C’est SOMOSIERRA qui est inscrit sur l’Arc de Triomphe à cette place (Fronton Grande-Armée).

  

 

 (2) Sur l'original, on peut aussi noter que Saint-Cyr-Nugues avait rayé les noms des batailles de Gênes
(inscrit dans le tableau suivant sur le pilier sud-est) et de Lepzig, défaite jamais inscrite sur l'Arc de Triomphe.

n° 2  noms de 96 batailles, combats ou sièges mémorables

nord

LILLE  ARLON  HONSCHOOTE  WATTIGNIES  TOURCOING  COURTRAI  ALDENHOVEN  MAESTRICHT  WISSEMBOURG  LANDAU  NEUWIED  RASTADT  ETLINGEN  NERESHEIM  BAMBERG  AMBERG   FRIEDBERG  BIBERACH  ENGEN  STOCKACH (1)  MOESKIRCH  HOCHSTETT  ALTENKIRCHEN  KEHL


est

WERTINGEN  GUNTZBOURG  ELCHINGEN  DIERNSTEIN  HOLLABRUNN  SAALFELD  HALLE  PRENTZLOW  LUBECK  PULTUSK  EYLAU  OSTROLENKA  HEILSBERG  DANTZIG  LANDSHUT  ECKMULH  RATISBONNE  RAAB  MOHILEW  SMOLENSK  VALONTINA  POLOTSK  MALOJAROSLAWETZ (2)  WURSCHEN


sud-est

LOANO  MILLESIMO  DEGO  MONDOVI  ROVEREDO  BASSANO  St GEORGES  MANTOUE  TAGLIAMENTO  CHEBREISSE  SEDIMAN  MONT THABOR  BASSIGNANO  SAN GIULIANO  DIETIKON  MUTTA THAL  GENES  LE VAR  MONTEBELLO  LE MINCIO  GAETE  CALDIERO  CASTELFRANCO  RAGUSE


sud-ouest

LE BOULOU  LE BASTAN  MOLIN DEL REY (3)  VALLS  RIOSECO (4)  BURGOS  TUDELA  SARRAGOSSE  SOMOSIERRA (5)  UCLEZ  MEDELIN  MARIA-BELCHITE  LERIDA  ALMONACID  TORTOSE  OCANA  TARRAGONE  GEBORA  BADAJOZ  ALBA DE TORMÈS  CIUDAD-RODRIGO  ALMEIDA  SAGONTE VALENCE


 

(1)   STOCKACH n’est pas inscrite et est remplacée par SCHLIENGEN (colonne A). À Stockach (3 mai 1800) Lecourbe bat les Autrichiens du prince von Lothringen-Vaudémont.

 

(2)   MALOJAROSLAWETZ est inscrite en 1841 (colonne B). KRASNOE est inscrit à cette même place (colonne D).

 

(3)   MOLIN DEL REY n’est pas inscrite et est remplacée par ESPINOSA (colonne H). À Molins del Rey (21 décembre 1808) Gouvion-Saint-Cyr bat les Espagnols de Reding.

 

(4)   RIOSECO est remplacé par VIQUE (colonne H). MEDINA DEL RIOSECO est inscrit en 1841 (colonne G).

 

(5)   SOMOSIERRA  est inscrit sur le fronton Grande-Armée. LA COROGNE est inscrit dans cette même colonne à la 7e place (colonne H).

 

 

n° 3 nord

LUCKNER

LAFAYETTE

LATOUCHE  TRÉVILLE (1)

DUMOURIEZ (1)

KELLERMANN (1)

TRUGUET (1)

BEURNONVILLE (1)

+DAMPIERRE

CUSTINE (1)

HOUCHARD (1)

PICHEGRU (1)

JOURDAN

HOCHE

BERNADOTTE

CHAMPIONNET

LEFEBVRE

GROUCHY

VILLARET  JOYEUSE

DILLON

CHARBONIER

MIRANDA

VALENCE

TILLY

FERRAND

LABOURDONNAYE (2)

LANDREMONT

LAMARTINIERE (3)

PULLY

DABOVILLE

LEVENEUR (4)

LAMARLIÈRE (5)

CARNOT (4)

AMBERT

LAUBADÈRE

TAPONIER

LAMARCHE

COLAUD

HATRY

DUFOUR

LIGNIVILLE

LA BAROLIERE (6)

BONNARD (6)

LAMORLIÈRE (6)

DEJEAN (7)

SOUHAM (6-7)

KILMAINE (7)

VANDAMME (7)

LEMAIRE (7)

PONCET

DELAAGE

BARBOU

BONNEAU

DESENFANTS

MORLOT

LEMOINE

+MEUNIER

+MARCEAU

DEBELLE

HARDY

LORGE

LAHOUSSAYE

GILLOT

PAILLARD

WATRIN

BROUSSIER

GRATIEN

CHAMPMORIN

QUENTIN

DAVID

OLIVIER

MALHER

LEVAL

SAHUC

MONTRICHARD

BOYER

MARCOGNET

LAROCHE

GUILLEMINOT

FAUCONNET

DORSNER

+DUHESME

+GIRARD

+LETORT

FRIANT

MONTCHOISY

MERMET

POINSOT

DARNAUD

PETIT

TESTE

PAJOL

CAMBRONNE

DAUMESNIL

+GOUVION

+BASTOUL

+BEAUREPAIRE

 

 (1) L’ordre est différent dans les inscriptions sur l’Arc de Triomphe (colonne 03) : DUMOURIEZ, KELLERMANN, TRUGUET, BEURNONVILLE, DAMPIERRE, CUSTINE, HOUCHARD, LATOUCHE.            

 (2) LA BOURDONNAYE  n’est pas inscrit sur l’Arc de Triomphe. À la même place se trouve CHAZOT (colonne 04).

 (3) LAMARTINIÈRE est inscrit sur l’Arc de Triomphe mais en colonne 32. À la même place se trouve LANOUE (colonne 04).

 (4) Les inscriptions de LEVENEUR et de CARNOT sont inversées sur l’Arc de Triomphe.

 (5) LAMARLIÈRE  n’est pas inscrit sur l’Arc de Triomphe. À la même place se trouve DUVAL (colonne 04).

 (6) LA BAROLIERE n’est pas inscrit sur l’Arc de Triomphe. À la même place se trouve BONNARD. LAMORLIÈRE  n’est pas inscrit sur l’Arc de Triomphe. À la même place se trouve SOUHAM.

 (7) DEJEAN, SOUHAM, KILMAINE, VANDAMME, LEMAIRE sont décalés vers le haut sur l’Arc de Triomphe (colonne 05) et sont suivis de HARVILLE et de SPARRE.

 


n° 3 est

 

MOREAU

BRUIX

MICHAUD

GOUVION St CYR

NEY

MACDONALD

OUDINOT

DAVOUST

+LANNES

MORTIER (1)

+BESSIERES

+PONIATOWSKI

ROSILY

LAURISTON

VILLENEUVE 

MOLITOR

GÉRARD

MAISON

MOUTON

LECOURBE

Ste SUZANNE

FERINO

GRENIER

SCHAL

BOURSIER (2)

RICHEPANSE

ÉBLÉ

MARESCOT

RAPP

SAVARY

DROUET

BERTRAND

TURREAU

DESSOLLES

BONNET

COMPANS

+MONTBRUN

LARIBOISSIERE

+GUDIN

MORAND

LEGRAND

LABOISSIERE

+CHÉRIN

SORBIER

+KIRGENER

+DUROC

MATHIEU DUMAS

SONGIS

+DESJARDINS

NANSOUTY

+DELMAS

FRIRION

CLAPARÈDE

BISSON

WALTHER 

+BRUYÈRE

BOUDET

+ROCHAMBEAU

+DELZONS

+CONROUX

+D’HAUTPOUL

+DESPAGNE

+CORBINEAU

GRANDJEAN

CARRA St CYR

+DECOUZ

CURIAL

BEAUMONT

+CERVONI

LATOUR MAUBOURG

+LASALLE

DURUTTE

KLEIN

HEUDELET

DONZELOT

BELLAVESNE

+TEULIÉ

FRESSINET

DEMONT

+ABBATUCCI

+BEAUPUY

+VALHUBERT

+DEBILLY

+CAMPANA

+GAUTHIER

+CAULAINCOURT

+LACUÉE

+HIGONET

+MORLAND

+MAZAS

+VIALA

+HOUDARD LAMOTTE

+MARION

+HERVO

CHAMBURE

LATOUR D'AUVERGNE

 

(1) Le nom de MORTIER est souligné sur l’Arc de Triomphe.

(2) Le nom de BOURCIER et non BOURSIER est souligné sur l’Arc de Triomphe.

 


n° 3 sud est

 

ANSELME

BRUNET

BIRON 

DUMERBION

MONTESQUIOU

DUMAS

MASSENA

BERTHIER

AUGEREAU

+JOUBERT

KLEBER

+BRUEYS

+DESAIX

BRUNE

SCHAWEMBOURG

GANTHEAUME

SERRURIER

MURAT

EUGÈNE BEAUHARNAIS

MARMONT

MENOU

+PERRÉE

LAPOYPE

REYNIER

+LAHARPE

RAMPON

BELLIARD

ANDREOSSI

CHASSELOUP

GUYEUX

VAUBOIS

BARAGUEY D’HILLIERS

+BON

+LANUSSE

RUSCA

GARDANNE

+DUBOIS

+St HILAIRE

GARNIER

DOMBROWSKI

DOMMARTIN

VERDIER

MÉNARD

FRÈRE

MIOLLIS

DUGUA

SERAS

DESTAING

CHARPENTIER

DAMAS

GAZAN

BEKER

MARCHAND

DALLEMAGNE

CHABERT

COLLI

ZAYONSCHECK

PARTOUNEAUX

DUPAS 

ROGUET

MONIER

RICARD

MAINONI

PACTHOD

POUGET

LASALCETTE

SOULÈS

CAMPREDON

CHABRAN

VIAL

BERTHEZÈNE

EXELMANS

LEDU DES ESSARTS

DARRICAU

CASSAGNE

+CAFFARELLI

+DELEGORGUES

+RAMBAUD

+CACAULT

+PIGEON

+GRIGNY

+CHAMPEAUX

+CHARTON

+BAYRAND

+POINT 

+BOISGÉRARD

+DUPHOT

+BANEL

+STENGEL

+VALLONGUE

+SULKOSKI

+LETURC

+MIREUR

+DESNOYERS

+MARIGNY

+BLANCHEVILLE

 


 

n° 3 sud ouest

SERVAN

+DUGOMMIER

SCHERER

MONCEY

DEFLERS

DELBECQ

MULLER

PÉRIGNON

DAGOBERT

VICTOR

SOULT

DECRÈS

SUCHET

JUNOT

DECAEN

LINOIS

CLAUSEL

LECLERC

SEBASTIANI

REILLE

DORSENNE

DUPERRÉ

FREGEVILLE (1)

SAHUGUET

BARBANTANE (1)

AUBERT DUBAYET (2)

CANCLAUX

TRAVOT

DELABORDE

LAMARTILLIERE (3)

MARBOT (4)

WILLOT (4)

LESPINASSE

SAURET

MERLE

SOLIGNAC

MAUCUNE

GILLY

BARBOT

DUBRETON

THIÉBAULT

BRENIER

LOISON

MARANSIN

FOY

SÉMÉLÉ

+GOBERT

          MILHAUD

MAURICE  MATHIEU

HARISPE

LAVAL

DARMAGNAC

D’HAULTANE

HABERT

ROGNIAT

DELORT

HAXO

LAMARQUE

VALÉE

SEVEROLI 

ABBÉ

SALIGNY

FRANCESCHI

DULONG

LAGRANGE (5)

PÉCHEUX

BARROIS

AYMARD

QUESNEL

BRAYER

+RUFFIN

ORDONNEAU

EMMANUEL REY

+LAPISSE

LIGER BELAIR 

+TAUPIN

KLOPISKY

BERTOLETTI

PHILIPPON (6)

+COMPÈRE (7)

+MIRABEL

+BEAUREGARD

+COLBERT (8)

+SENARMONT (8)

+SALM (8)

+GRAINDORGE (8)

+FEREY (8)

+JARDON (8)

+WERLÉ (8)

+BÉCHAUD (8)

+THOMIERES (8)

+Ste CROIX DESCORCHES (9)

+LACOSTE

+HENRY

+BASTE

+PEPIN

 

(1) FREGEVILLE et BARBANTANE sont inversés sur l’Arc de Triomphe (colonne 34).

(2) AUBERT-DUBAYET n’est pas inscrit sur l’Arc de Triomphe. À la place se trouve DUBOUQUET.

(3) LAMARTILLIÈRE est inscrit sur l’Arc de Triomphe en colonne 31. À la même place en colonne 34 se trouve MARBOT.

(4) MARBOT et WILLOT sont inscrits plus haut et sont suivis de LAGRANGE (colonne 34).

(5) MUSNIER est inscrit à la place de LAGRANGE qui est lui-même inscrit en bas de la colonne 34 de l’Arc de Triomphe.

(6) LALLEMAND est inscrit à la place de PHILIPPON (colonne37).

(7) PHILIPPON est inscrit à la place de COMPÈRE (colonne 37).

(8) Ces noms sont tous bien inscrits en colonne 38 et dans le même ordre mais décalés d’une place vers le bas pour laisser la 3e place à COMPÈRE.

(9) ESCORCHES de SAINTE-CROIX n’est pas inscrit sur l’Arc de Triomphe. À sa place est inscrit THOMIERES.

 

 

n° 4 armées de la République et de l’Empire


du Nord  des Ardennes  de la Moselle  de Sambre et Meuse  de Rhin et Moselle  de Hollande (1)

du Danube  d'Helvétie (2)  des Alpes  du Var  d'Italie  de Rome  de Naples

d'Égypte  de Dalmatie  d'Espagne  de Portugal  d'Arragon  d'Andalousie  de Catalogne (3)

des Pyrénées orientales  des Pyrénées occidentales  de l'Ouest  des Côtes de l'Océan (4)  de Réserve  du Camp de Boulogne  Grande Armée 

(1) Ce premier groupe d’armées en première colonne figure sous le tableau des noms inscrits sur le pilier nord. À ces 7 armées est ajoutée après l’armée de Hollande, l’armée de Hanovre.

(2) Ce deuxième groupe d’armées en deuxième colonne figure sous le tableau des noms inscrits sur le pilier est. Entre l’armée d’Helvétie et l’armée des Alpes est ajoutée l’armée des Grisons.

(3) Ce troisième groupe d’armées en troisième colonne figure sous le tableau des noms inscrits sur le pilier sud. Les noms des armées d’Egypte et de Dalmatie sont inversés ainsi que ceux d’Andalousie et d’Arragon (avec la même faute d’orthographe : Arragon au lieu d’Aragon). En dernier est ajoutée l’armée du Midi.

(4) Ce quatrième groupe d’armées en quatrième colonne figure sous le tableau des noms inscrits sur le pilier ouest. L’armée des Côtes de l’Océan n’est pas inscrite.

 



n° 5 nom des capitales où les armées françaises sont entrées (1)


Bruxelles  Amsterdam  Madrid  Lisbonne

Munich  Vienne  Desde  Berlin

Turin  Venise  Rome  Naples

Varsovie  Moskow  Alexandrie  Le Caire

 

(1) Ces noms ne figurent pas sur l’Arc de Triomphe.

 

 

■  Les commentaires de Saint-Cyr-Nugues en novembre 1836 après gravure des 384 noms sur l'Arc de Triomphe

Le 27 novembre 1836 après gravure et en réponse à Adrien de Gasparin, ministre de l'Intérieur pour une réclamation sur l'orthographe du nom du général Pijon, Saint-Cyr-Nugues écrit la lettre suivante qui est beaucoup plus générale ; c'est un commentaire sur l'ensemble des inscriptions :

Romans (Drôme) 27 novembre 1836

Monsieur le Ministre,

Je reçois la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire en date du 15 de ce mois pour me demander un renseignement sur la réclamation de M. Pijon, maire de Saint-Alban (Haute-Garonne), au sujet du nom de son frère inscrit sous les voûtes de l'Arc de l'Étoile avec une orthographe incorrecte. C'est bien  en effet le général Pijon, tué à la bataille du 16 germinal an 7 en Italie, qui figure sur notre monument national. Les rapports écrits dans le temps et les relations imprimées depuis l'ont appelé Pigeon ; j'ai suivi en cela l'exemple donné ; et il ne peut, je crois, en résulter d'inconvénient puisqu'il n'y a point d'équivoque possible, aujourd'hui même, aucun autre général de ce nom n'étant cité dans nos annales militaires. Cependant si vous jugez à propos de faire rectifier cette erreur, il y aura plus d'exactitude et ce sera entrer dans le vœu d'une famille honorable. Vous déciderez à cet égard ; je me borne à vous renvoyer la demande de M. Pijon frère avec les pièces qui l'accompagnent.

Quant à M. Meunier, lieutenant de voltigeurs au 20e de ligne, tout en applaudissant aux sentiments qui l'ont porté à vous écrire, je regrette qu'on ait à lui faire une réponse négative. Il y a eu et il y a encore dans notre armée plusieurs généraux du nom de Meunier. Mais celui qui est désigné sur nos listes est le Meunier membre de l'académie des sciences, officier du génie qui parvint aux premiers grades dans le commencement de la guerre de la Révolution et qui  fut tué au siège de Mayence comme Marceau près de là à Altenkirchen. Aussi ces deux noms soulignés sont inscrits sur le monument à côté l'un de l'autre. Si vous me permettez de vous donner mon opinion à cet égard, je croirais inutile de dire positivement aux deux généraux Meunier qui existent aujourd'hui, comme au neveu du général Hugues Meunier que ce n'est pas d'eux, ni de leur parent qu'il est question sur l'Arc de Triomphe.

Il a fallu éviter de répéter des noms, quoique deux fois illustrés, tels que celui de Kellermann porté avec éclat par le père et par le fils. Le général Haxo a eu un oncle général qui est mort glorieusement dans la Vendée. Nous avons aujourd'hui deux frères Colbert généraux, leur frère le plus jeune qui fut officier général avant eux, périt en Espagne dans la poursuite contre les Anglais à La Corogne ; il méritait une mention expresse. Cela suffit ce me semble. L'honneur en rejaillit sur ses frères, sans qu'il soit besoin de les inscrire nominativement avec des prénoms ou des noms de baptême ni de prendre pour cela une place réservée pour d'autres illustrations.

Je serais donc porté à laisser l'amour propre de chacun ou de chaque famille chercher sa part dans notre nomenclature qui exclut les détails, étant essentiellement monumentale. En faisant autrement, on risque d'ouvrir une carrière interminable de réclamations et d'explications.

Je suis avec respect, Monsieur le Ministre, votre très humble et très obéissant serviteur,

signé Le général Saint-Cyr-Nugues

           pair de France

 

 

Les conseils de Saint-Cyr-Nugues n'ont bien sûr pas été suivis et comme il le craignait la

« carrière interminable de réclamations et d'explications » n'était pas près de se terminer : 144 noms ayant donné lieu à des réclamations entre 1836 et 1908.

 

 


Pierre tombale de Saint-Cyr-Nugues au cimetière de Romans - Photo Pierre ROLLAND



Pierre tombale de Saint-Cyr-Nugues au cimetière de Romans, entourée des pierres tombales de sa famille :

- à gauche, de sa nièce Hélène Nugues, née de Loche, décédée le 11 janvier 1876 (56 ans), de sa soeur Esprit Anne Eugénie Nugues, née le 16 mai 1777, décédée à Romans le 6 février 1855

- à droite, de son frère Louis Antoine Nugues, né le 17 janvier 1773 à Romans, décédé le 15 juillet 1858, de son petit-neveu Henri Nugues, né le 31 mai 1861, décédé le 25 octobre 1874

Photo Pierre ROLLAND



A. FIERRO, A. PALLUEL-GUILLARD, J. TULARD : Histoire et dictionnaire du Consulat et de l'Empire, Paris, Robert Laffont, 1995

G. SIX : Dictionnaire biographique des généraux et amiraux français de la Révolution et de l'Empire, Paris, G. Saffroy, 1934

Service Historique de la Défense (Château de Vincennes) : dossier SAINT-CYR-NUGUES (7Yd 1033)

Service Historique de la Défense (Château de Vincennes) : Inscriptions sur l'Arc de Triomphe de l'Étoile - travaux de la commission chargée d'examiner les réclamations (XEM 267)

http://gw.geneanet.org/chauvire?lang=fr&m=N&v=NUGUES : Généalogie de la famille Nugues

(retour Arc de Triomphe)

(retour page d'accueil)