Contrat de 1810

Contrat d’achat d’une maison rue des Bas Sablons à Saint-Servan   1-8-1810

par Monsieur MICOUIN à la famille SURCOUF

 

 

 

1er août 1810

 

Acquêt par Monsieur MICOUIN

d'une maison à Saint-Servan

 

Inventorié et côté G 10 pièces

Le 13 février 1834

signé MAHEUX

 

1er août 1810

 

Vente

d'immeubles

__________

 

 

Napoléon, par la grâce de Dieu, et les Constitutions, Empereur des Français, roi d'Italie et protecteur de la confédération du Rhin, à tous présents et à venir, salut.

Savoir faisons que.

Par-devant Gilles Louis BOURDET et son collègue, notaires impériaux à Saint-Malo, premier arrondissement du département d'Ille-et-Vilaine soussignés.

Furent présents

Monsieur Charles-Joseph-Ange SURCOUF, propriétaire demeurant en cette ville.

Dame Julienne-Guillemette SURCOUF, épouse et autorisée de Monsieur Guillaume-Hyacinthe GARNIER DESMORIERS, propriétaire et ce dernier en privé nom et en autorité, ensemble demeurant en la commune de Saint-Jouan-des-Guérets sous cet arrondissement.

Dame Bertranne SURCOUF, veuve de feu Monsieur Thomas Marie POTIER de LA HOUSSAYE, propriétaire demeurant en cette ville.

Monsieur Luc-Robert SURCOUF, propriétaire demeurant en cette ville.

Monsieur Edouard LE FER de LA GERVINAIS, propriétaire demeurant à La Pouparderie commune de Saint-Servan sous cet arrondissement.

Monsieur Jean SAVARY, négociant, demeurant en cette ville, stipulant pour et au nom de Monsieur Charles-Marie GARNIER, négociant, aux fins de pouvoirs généraux et spéciaux lui consentis dans l'acte de conclusion du procès-verbal de vente mobilière, faite après décès de dame Bertranne Françoise SURCOUF veuve de Monsieur Nicolas GAILLARD, rapporté en minute par nous dit BOURDET et collègue, conclu le 20 mars dernier, enregistré au bureau de cette ville le 24 ; lesquels pouvoirs ont été consentis par mon dit sieur GARNIER, tant par lui personnellement que stipulant pour et au nom de

1° de Monsieur François-Marie GARNIER, négociant, son frère, aux fins de procuration de ce dernier, réelle sous seing prive, en date du 6 mars dernier, enregistré au bureau de cette ville le 14

2° de Monsieur Jean-Marie GARNIER BODELEAC, et de demoiselle Marie-Anne-Françoise GARNIER BODELEAC ses neveu et nièce, mineurs émancipés de justice, procédant sous l'autorité de Messieurs Charles GARNIER CARHO, curateur du premier et Augustin GARNIER DESGARENNES, curateur de la seconde, aux fins de procuration du 6 février

dernier, rapportée en brevet par PERRIO, notaire à Quintin et ses témoins y enregistré le lendemain, et légalisé à Saint-Brieuc, le 10 du dit mois ; lesquelles deux procurations sont annexées à la minute du procès-verbal de la vente ci-devant référée.

Et encore ma dite dame veuve POTIER de LA HOUSSAYE stipulant comme procuratrice générale et spéciale de Monsieur Jean-Baptiste VILLART, négociant et de dame Marie-Anne GARNIER son épouse, de lui autorisée suivant procuration sous seing privé du 17 avril dernier, enregistrée au bureau de cette ville le 12 mai suivant, laquelle procuration est annexée à la minute d'un contrat de vente d'immeubles consenti par les dites parties, rapporté en minute par nous dit BOURDET et collègue, le 25 du dit mois de mai dernier, enregistré au bureau de cette ville le 26 : les dits sieurs, dame et demoiselle GARNIER et VILLART propriétaires et négociants, demeurant en la ville de Quintin, département des Côtes-du-Nord.

Mes dits sieurs Charles-Joseph-Ange SURCOUF, dame GARNIER DESMORIERS et dame veuve POTIER de LA HOUSSAYE, frère et sœurs germains de la dite feu dame GAILLARD et ses héritiers pour chacun un sixième ; le dit sieur Luc-Robert SURCOUF son neveu et son héritier pour un sixième ; le dit sieur LEFER de LA GERVINAIS son petit-neveu et son héritier pour un sixième et les dits sieurs Charles-Marie GARNIER, François-Marie GARNIER et Madame VILLART, ses neveux et nièces, conjointement avec les dits sieur et demoiselle GARNIER BODELEAC, ses petits neveu et nièce, héritiers pour le dernier sixième.

Lesquels sieurs et dames comparant aux dits noms et qualités, déclarent vendre, céder, quitter et irrévocablement transporter par ces présentes, avec garantie de tous troubles hypothèques et autres empêchements généralement quelconques

à Monsieur Jacques MICOUIN, propriétaire demeurant en la ville de Dinan, département des Côtes-du-Nord, à ce présent et acceptant, acquéreur pour lui, ses successeurs et ayant cause, l'héritage ci-après.

Savoir est

Une grande maison située en la ville de Saint-Servan, sous cet arrondissement, vers le milieu au côté méridional, de la rue des Bas Sablons ; composée au rez-de-chaussée d’une allée, au fond de laquelle est l’escalier et une porte pour communiquer à la cour ci-après ; d’une salle à gauche de l’allée, d’une chambre à coucher à l’orient de la salle ; d’une cuisine au bout et d’un petit caveau auprès ; le premier étage distribué comme le rez-de-chaussée, excepté qu'il y a un cabinet de plus, au-dessus de l’allée ; le second étage distribué comme le premier et greniers au-dessus.

Côté au midi de la dite maison, à laquelle on communique de la rue des Bas Sablons, par un portail sous la maison des représentants le sieur DESVAUX fermant avec une porte commune ; autre porte cochère, privative à cet héritage, pour communiquer de la cour des dits représentants le sieur DESVAUX à celle ci-dessus.

Un bâtiment au coté occidental de cette cour, couvert en appentis contre le mur mitoyen avec Madame veuve SAINT GERMAIN, ou représentants, composé d'une salle basse au bout vers le nord, d'un vestibule au milieu, contre l'escalier ; d'un caveau derrière l'escalier et d'une écurie au bout vers le midi ; premier étage, composé de chambre, cabinet et cuisine avec un grand grenier sur le tout.

Un appentis au bout méridional de ce bâtiment ; dans lequel il y avait autrefois un four, avec grenier au-dessus.

Des latrines au midi de cet appentis.

Autre bâtiment au coté oriental de la même cour, le long du mur mitoyen avec les héritiers POINTEL, contenant une buanderie au bout vers le nord ; cellier ou hangar au midi et grenier sur le tout.

Autre appentis au midi du précédant, contenant un cellier et petit grenier au-dessus.

Autre cellier aussi en appentis, au pignon méridional du précédent, avec un petit grenier au-dessus, dans une partie de sa longueur.

Un puits au midi de ce dernier appentis, avec margelle et route de maçonnerie et une auge de pierre.

Un autre appentis au midi du dit puits, contenant un magasin à côté duquel, dans l'angle orient et midi de la cour, est un petit jardin enclos d'une palissade.

Un grand jardin au midi de la cour, dont il est séparé par un mur, icelui planté d'arbres fruitiers en espaliers, buissons et plein vent ; le dit jardin séparé à l’orient de l’héritage des héritiers POINTEL par une haie d'épines, prise également sur le terrain de l’un et de l’autre.

Et enfin droit de communauté à la fontaine placée au derrière de la maison aux représentements les sieurs DESVAUX.

Lequel héritage est grevé de trois rentes foncières, dues le jour saint Michel de chaque année, et sujettes aux déductions de droit, la première de 140 Livres tournois, faisant partie de celle de 200 Livres, ci-devant dues au sieur recteur de Saint-Servan, tant sur ces héritages que sur la maison au joignant à l'occident, appartenant aux représentants les sieurs DESVAUX, pour cause de la concession du fond des dits héritages ; laquelle rente est due aujourd'hui à l’hospice civil de la dite ville de Saint-Servan. La seconde de 50 Livres tournois, due au dit sieur DESVAUX ou représentants, et la troisième de 43 Livres 1 Sol 1 Denier tournois, due au dit sieur Luc-Robert SURCOUF, l'un des vendeurs, comme héritier bénéficiaire de son père.

(En marge)

La rente de 43 L. 1 S. 1 D. a été remboursée suivant acte du 11 octobre 1833, au rapport de MAHEUX, notaire à Saint-Servan. Signé MAHEUX

 

Ces deux dernières rentes, dues à titre de retour de lot, en exécution du partage ci-après

référé : desquelles trois rentes foncières montant ensemble à 233 Livres 1 Sol 1 Denier, ou 230 Francs 18 centimes, le sieur acquéreur sera tenu de continuer l’acquit si mieux il n'aime en faire le franchissement.

Et généralement les sieurs et dames vendeurs vendent et transportent à mon dit sieur acquéreur le dit héritage avec tous ses droits de communauté, mutualités, servitudes, charges et droits et droits actifs et passifs, circonstances et dépendances, sans en rien excepter ni réserver, dans l'état où il est présentement, tous ainsi qu'il appartient aux dits sieurs et dames vendeurs et qu'ils le possèdent pour leur être échu de la succession de la dite feue dame veuve GAILLARD, à laquelle il était échu de celle de feu Monsieur Robert SURCOUF, négociant et de dame Françoise PILOT, ses père et mère, pour le quatrième lot du partage en 10 lots, fait entre elle et ses consorts, rapporté par experts, conclu le 2 août 1760, référé, contrôlé et insinué à Saint-Malo le 8, déposé le même jour au greffe de Saint-Malo, suivi d'acte de choisie du 30, référé, contrôlé le 2 septembre suivant, une expédition desquels actes les sieurs et dames vendeurs ont présentement remise au sieur acquéreur un soutien de la propriété dont décharge.

Par mon dit sieur MICOUIN, acquéreur, faire et disposer du dit héritage en pleine et absolue propriété et comme de chose lui appartenant à compter de ce jour, pour en entrer en jouissance, percevoir les revenus et acquitter les charges à compter du jour saint Michel prochain, à la condition d'entretenir les baux à loyer le temps de droit, même de laisser les locataires, notamment ceux du second étage, enlever les lambris qu'ils ont placés, si mieux n'aime le sieur acquéreur s'arranger avec eux pour le tout, sans aucun recours vers les vendeurs.

Laquelle vente est faite et amiablement accordée entre parties pour et moyennant la somme de 9481 Francs 48 centimes ; laquelle somme mon dit sieur acquéreur s'oblige par ces présentes sur le gage de tous ses biens et par hypothèque spéciale sur le dit héritage vendu, de payer à mes dits sieurs et dames vendeurs ou porteurs d'ordres, quitte de tout frais et mises, en cette ville, en espèces d'or ou d'argent au cours titre et poids de ce jour, pour condition expresse, le jour saint Michel, 29 septembre prochain précis, sans aucun intérêt, consentant le dit sieur acquéreur à défaut de paiement au dit terme et dans les dites espèces, d'y être contraint par toutes voies et rigueurs de droit, en vertu du présent acte seul, portant exécution parée, et connue sur gages tous jugés, sans aucune formalité préalable, se tenant de ce sommé et requis, si mieux n'aiment les sieurs et dame vendeurs, rentrer dans la propriété et possession du dit héritage, ce dont ils se réservent le droit.

 

(En marge)

Stipulant pour les sieurs et dames vendeurs, j'ai reçu de Monsieur MICOUIN, acquéreur dénommé au contrat ci-contre la somme de 9481 Francs 48 centimes, pour le prix principal du présent, dont quittance, sauf réservation.

à Saint-Malo le 29 septembre 1810

 

signé BOURDET

 

9481,48

4603, 60 rente

__________

14085,08

 

Auxquelles conditions les dits sieurs et dames vendeurs aux dits noms et qualités, déclarent se dessaisir et dessaisir leurs commettants, de la propriété possession et jouissance du dit héritage, et en faire maître et véritable propriétaire le dit sieur MICOUIN, consentant qu'il en jouisse, fasse et dispose à charge de faire transcrire le présent, dans quinzaine au bureau de la conservation des hypothèques, s'obligeant les dits sieurs et dames vendeurs, de faire lever et cesser, à leur frais, tous troubles, oppositions, inscriptions et autres empêchements que le sieur acquéreur pourrait du chef des vendeurs, parce que les inscriptions qui pourraient porter sur les uns, ne pourront retarder le paiement des portions des autres.

Déclare mon dit sieur acquéreur qu'il fait cet acquêt en remploi et remplacement de ses biens propres aliénés.

Mon dit sieur SAVARY en vertu de ses pouvoirs, déclare pour le dit sieur Charles-Marie

GARNIER, son commettant, garantir personnellement la présente vente, pour l'intérêt d'un 24ème, dont s'y trouve fondé ensemble les sieur et demoiselle BODELEAC, ses neveu et nièce encore mineurs, avec obligation de leur faire ratifier le présent, aussitôt qu'ils auront acquis leur majorité, à peine de toutes dépenses, dommages et intérêts.

Tout ce que dessus les parties l'ont ainsi voulu, promis tenir, exécuter et accomplir, et nous ont requis de leur rapporter le présent acte, dont le dit sieur acquéreur payera les frais de droit, ainsi que ceux d'affiches et de transcription.

Fait et passé à Saint-Malo, en l'étude ce jour 1er d'août 1810 avant midi, et ont signé avec nous et après lecture faite par nous dit BOURDET, notaire rapporteur.

Signé SURCOUF veuve POTIER de LA HOUSSAYE, L. SURCOUF, SURCOUF père, Jean

SAVARY, Edouard LE FER, MICOUIN, SURCOUF GARNIER DESMORIERS, GARNIER DESMORIERS, COR et BOURDET notaires.

En marge est écrit enregistré à Saint-Malo le 3 août 1810 folio 31, verso numéro 6. Reçu 636 Francs 24 centimes dixième compris. Signé GAULES.

Mandons et ordonnons à tous huissiers sur ce requis de mettre les présentes à exécution à nos procurateurs généraux et à nos procurateurs près les tribunaux de première instance, d'y tenir la main à tous commandants et officiers de la force publique, d'y prêter main-forte lorsqu'ils en seront légalement requis.

En foi de quoi nous avons fait sceller ces présentes dont la minute est restée vers nous dit BOURDET notaire rapporteur

 

            Signé COR                                                                             signé BOURDET

 

Pour affiches, rapport, enregistrement, grosse, expédition, timbre et hypothèque 965 Francs.

 

 

 

(En marge)

Transcrit au bureau des hypothèques de Saint-Malo, département d’Ille-et-Vilaine, le 6 août 1810 Volume 62 n°29 : Reçu pour droit d’hypothèque 211 Francs 28 centimes ; dixième 21 Francs 12 centimes ; timbre du registre de transcription et celui du dépôt 4 Francs 20 centimes ; salaire 1 Franc 75 centimes. N°7445 du bulletin des dépôts

 

211,28

21,12

4,20

1 ,75

10,85 cutipe

______

249,20

 

(N°2756 Sal.)

                                                                                                          Le conservateur

                                                                                                          Signé CURNIS

 

Rôles

 

16 août 1810

Le Nombre

N° 7445 bulletin

Inscription d’office                                        Volume 62

N° 2756                                                         N° 29

 

 

_______________________________________________________________

 

Conservation des hypothèques

_____________________

Département d'Ille-et-Vilaine

_______________________

Bureau de Saint-Malo

__________________

Etat d'inscription sur

vente d'immeuble

_________________

 

Etat de toutes les inscriptions hypothécaires

subsistantes au bureau des hypothèques de Saint-Malo,

en exécution de la loi du 11 brumaire an 7 (1).

 

Sur une grande maison située en la ville de Saint-Servan, vers le milieu au côté méridional de la rue des Bas Sablons, composée au rez-de-chaussée d'une allée au fond de laquelle est l'escalier et une porte pour communiquer à la cour ci-après, d'une salle à gauche de l'allée, d'une chambre à coucher à l'orient de la salle, d'une cuisine au bout et d'un petit caveau

auprès ; le premier étage distribué comme le rez-de-chaussée excepté qu'il y a un cabinet de plus, au-dessus de l'allée ; le second étage distribué comme le premier, et grenier au-dessus ; cour au midi de la dite maison ; un bâtiment au côté occidental de cette cour, couvert en appentis contre le mur mitoyen avec Madame veuve GERMAIN, composé d'une salle au bout vers nord, d'un vestibule au milieu contenant l'escalier, d'un caveau derrière l'escalier et d'une écurie au bout vers midi ; premier étage composé de chambre, cabinet et cuisine avec grand grenier sur le tout. Un appentis au bout méridional de ce bâtiment dans lequel il y avait autrefois un four, avec grenier au-dessus ; des latrines au midi de cet appentis. Autre bâtiment au côté oriental de la même cour, contenant une buanderie au bout vers nord, cellier ou hangar au midi et grenier sur le tout ; autre appentis au midi du précédent, contenant un cellier et petit grenier au-dessus ; autre cellier aussi en appentis au pignon méridional du précédent, avec un petit grenier au-dessus, dans une partie de sa longueur ; un puits au midi de ce dernier appentis avec margelle et route en maçonnerie et une auge de pierre ; un autre appentis au midi du dit puits, contenant un magasin à côté duquel, dans l'angle orienté midi de la cour est un petit jardin, enclos d'une palissade. Un grand jardin au midi de la cour dont il est séparé par un mur, icelui planté d'arbres fruitiers en espalier, buissons et plein vent.

Le tout appartenant à Monsieur Charles-Joseph-Ange SURCOUF, propriétaire demeurant à Saint-Malo ; dame Julienne-Guillemette SURCOUF, épouse et autorisée de M. Guillaume-Hyacinthe GARNIER DESMORIERS, propriétaire et ce dernier en privé nom et en autorité, ensemble demeurant commune de Saint-Jouan-des-Guérets ; dame Bertranne SURCOUF, veuve de M. Thomas-Marie POTIER de LA HOUSSAYE, propriétaire, demeurant a Saint-Malo ; M. Luc-Robert SURCOUF, propriétaire, demeurant à Saint-Malo ; M. Edouard LE FER de LA GERVINAIS, propriétaire, demeurant à la Pouparderie, commune de Saint-Servan ; M. Charles-Marie GARNIER, négociant ; M. François-Marie GARNIER, négociant ; M. Jean-Marie GARNIER BODELEAC ; demoiselle Marie-Anne-Françoise GARNIER BODELEAC, ces deux derniers mineurs émancipés de justice ; dame Marie-Anne GARNIER, épouse de M. Jean-Baptiste VILLARS, négociant ; les dits sieurs dame et demoiselle GARNIER et VILLART propriétaires et négociants, demeurant en la ville de Quintin, département des Côtes-du-Nord ; pour leur être échu de la succession de feu dame Bertranne-Françoise SURCOUF veuve de M. Nicolas GAILLARD à laquelle il était échu de celle de

feu M. Robert SURCOUF, négociant et de dame Françoise PILOT, ses père et mère.

Ledit immeuble vendu par les dits sieurs et dames SURCOUF, GARNIER et LE FER

à Monsieur Jacques MICOUIN, propriétaire, demeurant en la ville de Dinan, département des Côtes-du-Nord, moyennant la somme de 9481 Francs 48 centimes, de prix principal, payable le jour de saint Michel 29 septembre prochain précis, sans aucun intérêt ; et en outre à charge d'acquitter trois rentes foncières dues le jour saint Michel de chaque année et sujettes aux déductions de droit; la première de 140 Livres tournois, faisant parties de celle de 200 Livres ci-devant due au sieur recteur de Saint-Servan, laquelle rente est due aujourd'hui à l'hospice civil de la ville de Saint-Servan ; la seconde de 50 Livres tournois due au sieur DESVAUX ou représentants ; et la troisième de 43 Livres 1 Sol 1 Denier tournois due au dit sieur Luc-Robert SURCOUF, l'un des vendeurs, comme héritier bénéficiaire de son père, ces deux dernières rentes dues à titre de retour de lot, lesquelles trois rentes foncières font 230 Francs 18 centimes (233 L 1 S 1 D tournois) faisant un capital de 4603,60 F .

Pour acte de vente passé devant BOURDET et son confrère, notaires à Saint-Malo, le 1er août 1810. Déposé et transcrit au bureau des hypothèques de Saint-Malo, le 16 du même mois.

Savoir

 

Du 16 août 1810 Volume 17 n°346 (Inscription d'office )

au profit du vendeur sus dénommé ; et au profit de l'hospice civil de Saint-Servan, délégué pour une rente foncière de 440 Livres tournois ; et encore au profit du sieur DESVAUX ou représentants aussi délégué pour une rente foncière de 50 Livres tournois ; et enfin au profit du sieur Luc-Robert SURCOUF, tant comme vendeur que comme délégué pour une rente foncière de 43 Livres tournois.

Contre Monsieur Jacques MICOUIN, propriétaire demeurant en la ville de Dinan, département des Côtes-du-Nord : acquéreur

afin de sûreté et paiement de la somme de 14085 Francs 8 centimes, savoir 9481,48 prix principal de vente d'immeuble, et 4603,60 F. capital des dites rentes : due aux termes du contrat de vente énoncé et daté ci-devant par préférence et privilège sur l'immeuble vendu conformément à la loi ci

14085.08F.

__________________

 

Du 15 janvier 1806 Volume 9 n°533

Au profit de M. Marin François DESVAUX, de l’I1e de France, stipulé et représenté à Saint-Malo par M. François Michel MORVONNAIS, ancien avocat, son fondé de pouvoir, demeurant au dit Saint-Malo, maison de l'ancien doyenné.

contre dame Françoise Bertranne SURCOUF, veuve GAILLARD, demeurant à Saint-Malo.

Pour sûreté d'une créance de la somme de 1000 Francs ci                                          1000 F. savoir celle de ci-dessus principal d'une rente annuelle de 5 Francs de retour de lot, stipulé par l'acte ci-après référé et due au dit sieur Marin François DESVAUX par chaque année, au jour saint Michel 29 septembre et pour les arrérages qui pourraient s'en trouver dus.

Résultant d'un acte de partage du mois d'août 1760 fait entre les enfants et héritiers des sieur et dame SURCOUF, par expert nommé en justice, contrôlé et insinué à Saint-Malo le 8 du dit mois d'août par BIENVENU et déposé au greffe de la ci-devant juridiction ordinaire et commune de Saint-Malo le même jour 8 août 1760.

Sur tous les biens susceptibles d'hypothèque appartenant à la dite dame Françoise Bertranne SURCOUF, veuve GAILLARD, situés dans l'arrondissement du bureau des hypothèques, établi à Saint-Malo et particulièrement sur une maison et dépendances située rue des Bas Sablons a Saint-Servan.

__________________

Du 15 février 1806 volume 9 n°609

Au profit de l'hospice du Rosais, à Saint-Servan, pour suites du sieur LEFEUVRE, son receveur qui élit domicile en la maison du dit hospice au Rosais, commune de Saint-Servan.

Contre dame Françoise Bertranne SURCOUF, veuve du sieur Nicolas GAILLARD, propriétaire d'immeuble en la ville de Saint-Malo, rue des cimetières.

Pour sûreté d'une créance de la somme de 4400 Francs, ci                                         4400 F. Savoir celle de 4000 F. principal non exigible d'une rente de 200 F. due concurremment avec le sieur Michel DESVAUX, payable le jour saint Michel de chaque année (rectifié le 18 février 1808, loi du 4 septembre 1807) 400 F. pour deux années et arrérages, non compris celles dont l'inscription du principal conserve le rang.

Résultant d'un contrat judiciaire du 20 mars 1739, émané de la juridiction du chapitre de Saint-Malo y insinué et contrôlé le 2 avril suivant, de partage du 2 août 1760 ; contrôlé et insinué à Saint-Malo le 8 et déposé au greffe de Saint-Malo le dit jour et d'acte de titre nouvel du 6 brumaire an 14 (2), y purgé le même jour

Sur un terrain faisant ci-devant partie du pré Becel, dépendant ci-devant de la cure de Saint-Servan ; deux maisons en plomb, cour, fontaine, différents bâtiments et un jardin, le tout établi sur le prédit terrain et y situé et sur la rue des Bas Sablons en la ville et commune de Saint-Servan.

 

_______________________

 

Le présent état contenant trois inscriptions, délivré aux termes de la loi.

Saint-Malo le 16 août 1810.

Reçu pour timbre du présent et celui de l’inscription d’office                            2,35

Salaire                                                                                                                       8,50

                                                                                                                                 ____

                                                                                                                                 10,85

 

                                                                                                          Le conservateur

                                                                                                          Signé CURNIS

 

(N° 2757 : salaires)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(1) 1er novembre 1798

(2) 28 octobre 1805

Copie du contrat original sur demande à arnauld.divry@wanadoo.fr

 



(retour)