Fonderies Émile HÉNON

En-tête de lettre de la société Émile HENON

« Les établissements des Mazures et de Revin, fondés respectivement en 1897 et 1908 couvrent plus de 5000 mètres carrés dont 3000 abritent les chantiers de moulage. Les fonderies sont spécialisées pour produire des pièces pour appareils de chauffage de première marque, d'un fini irréprochable ; elles livrent en outre toutes pièces en fonte mécaniques très douces. Fin juillet 1914, les établissements disposent de : 850 tonnes de matières premières ; 540 tonnes de produits finis ; 300 tonnes de matériel. Durant l'occupation, les Allemands enlèvent toutes les matières premières, les produits finis et le matériel. Une partie des machines subit le même sort, le reste est mis hors d'usage. Les immeubles ne sont pas épargnés : 500 mètres carrés sont détruits aux Mazures, ceux de Revin sont fortement endommagés par la suite des destructions des divers ponts voisins. Dès l'armistice, les efforts de reconstitution se portent sur la fonderie de Revin qui peut livrer en octobre 1919 ; la fonderie des Mazures commence à produire en mai 1920. En 1921, le personnel dépasse 100 ouvriers, la production atteint 1200 tonnes. » Les cahiers ardennais, 1922

En dehors des pièces pour les salamandres dont la fabrication s'est arrêtée en 1953, les fonderies Émile HÉNON se sont lancées sur un certain nombre de marchés de pièces en fonte : plaques d'égout, taques de cheminée et même hélices de bateau. Ces pièces se sont vendues en France et à l'export, particulièrement aux États-Unis et en Amérique du Sud.

Émile HÉNON (1857 - 1927)

le fondateur, croqué en 1908

Albert HÉNON (1885 - 1961)

fils et successeur d'Émile

 

 

Plaque d'égout marquée « E. HENON 08-Revin Ø65TN » (diamètre 65 cm)

Plaque d'égout se trouvant à Bures-sur-Yvette (91440) au coin de la rue du Haras et de la rue de la Prairie.

 

 

La coulée dans la fonderie de Revin en juillet 1974

La sortie du cubilot ; la fonte est à 1500°C.

 

La coulée dans le moule selon la méthode traditionnelle avec le système du creuset tenu par deux doubles poignées manipulées par deux hommes. La fonte après avoir été épurée sur le dessus est coulée dans un moule en sable préparé avec une plaque-modèle. Le sable utilisé dans la région de Charleville-Mézières est particulièrement fin. Cela a contribué à la qualité recherchée de la fonte ardennaise pour la douceur de sa « peau ». On distingue au premier plan des masselottes et des évents servant à compenser le retrait de la fonte durant le refroidissement.
Dans la fonderie de Clichy, le même procédé était utilisé en 1930 (Visite de ma mère, avec sa classe de 7e).

 

Le démoulage du sable

 

 

Le Fumivorax

Les Fonderies Émile HÉNON invente un système de prise d'air pour améliorer la combustion dans les chaudières : c'est le FUMIVORAX, breveté et pouvant s'adapter aux différents types de chaudières. C'est un succès commercial dès 1933. Il permet des économies d'énergies de 10 à 45%. De plus c'est un système écologique avant l'heure qui permet de réduire la pollution des fumées. C'est Jean HÉNON, directeur technique de l'usine de Revin jusqu'à sa fermeture qui en est le principal auteur. Il est le petit-fils d'Émile et le fils d'Albert Hénon.

 

 

Pour des renseignements complémentaires, consulter Fonderie E. Hénon.

Page suivante : Émile HÉNON en Égypte en 1911

(retour)