DEJEAN


Le père

DEJEAN


Jean François Aimé

Général de division (Casrtelnaudary (Aude) 6.10.1749 - Paris 12.5.1824)

Fils de Jean Pierre Dejean, subdélégué de l'intendant du Languedoc, et de Marie, née Fabry, Dejean fait ses études chez les bénédictins de Sorrèze puis entre en 1766
à l'école du génie de Mézières. En 1779, il épouse Alexandrine Marie Élisabeth Le Boucher d'Ailly qui décède en 1782. Dejean est ingénieur en chef en Picardie de
1781 à 1791. Il sert à l'armée du Nord de 1792 à 1795 : il est à la prise de la citadelle d'Anvers, à Neerwinden. Chef de brigade en juillet 1794, il est au siège du fort
de l'Écluse et est nommé général de brigade le 1er septembre 1794. Commandant le génie au siège de Nimègue en octobre-novembre 1794, il sert au passage du
Rhin les 5 et 6 septembre 1795 et est nommé général de division le 16 octobre 1795. Il commande les forces franco-bataves en 1796-1797. Dejean est conseiller
d'État fin décembre 1799 et passe deux ans à Gênes pour organiser la République ligurienne. Le 19 octobre 1801, il épouse Aurore Barthélémy, sœur du sénateur et
comte de l'Empire François Barthélémy. Elle lui donne cinq enfants, Aurore Mélanie (1802-1891) épouse de Joseph Teisseire, Napoléon Aimé (1804-1880), Jeanne
Laure (1806-1861) épouse de Camille Latache de Fay, Louise Emma (1808-1865) épouse d'Eugène de Milleret, et Blanche Stéphanie. Dejean est ministre de
l'administration de la Guerre, du 12 mars 1802 au 2 janvier 1810. Comte de l'Empire le 1er juin 1808, il est sénateur le 7 février 1810, chargé le 28 octobre 1812 de
présider la commission militaire jugeant le conspirateur Malet. Malgré son refus de voter la déchéance de Napoléon en 1814, Louis XVIII le nomme le 21 avril 1814,
gouverneur de l'École polytechnique. Premier inspecteur du génie durant les Cent-Jours, Dejean est directeur général des subsistances militaires en décembre 1817.
Il est enterré à Paris, au cimetière du Père-Lachaise. Il laisse quelques écrits sur les subsistances militaires, la conservation des grains. Castelnaudary (11400) a une
rue Général-Dejean. Son nom est iscrit en 1836 sur l'Arc de Triomphe à Paris, pilier nord, colonne 05.


Le fils

DEJEAN, A.


Pierre
François Marie Auguste, dit Auguste

Général de division (Amiens (Somme ) 10.8.1780 - Paris 17.3.1845)

Fils du général Jean François Aimé Dejean, et d'Alexandrine Marie Élisabeth Le Boucher d'Ailly, Dejean est aide de camp provisoire de son père en mars 1795. Il
sert à l'armée de Sambre-et-Meuse, à celle du Nord de 1795 à 1797 puis à celle d'Italie en 1800-1801. Sous-lieutenant, aide de camp de son père en août 1796,
capitaine en janvier 1801, Dejean épouse le 17 juillet 1802, Adèle Barthélémy, née le 6 mai 1786 à Marseille, fille de Jacques Barthélémy et de Marie Claire Mélanie
Rose, sœur  de la seconde épouse de son père, qui lui donne cinq enfants, Adèle Jeanne (1803-1860) épouse Ardène, Benjamin (1804-1885) député, Pierre Charles
(1807-1872) général et ministre de la Guerre en 1870, Dieudonné Marie Louis (1809-1881) lieutenant-colonel, Stéphanie Emma Élisabeth (1815-1878) épouse de
Jacques Alphonse Mahul, député. Chef d'escadron en septembre 1805, Dejean sert à la Grande Armée et est colonel du 11e dragons le 13 février 1807. Baron de
l'Empire le 1er juin1808, il sert en Espagne puis à l'armée du Portugal en 1810-1811. Général de brigade le 6 août 1811, il sert en Russie. Aide de camp de l'Empereur
en février 1813, Dejean est en Saxe en 1813 puis en Champagne. Il combat à Montereau le 18 février et est général de division provisoire le 23 mars 1814. Confirmé
dans son grade le 23 juillet 1814, il est de nouveau, aide de camp de l'Empereur aux Cent-Jours. Exilé en Autriche, il rentre en France en 1818. Commandant la division
de cavalerie de l'armée de Belgique en 1830, il est inspecteur général de cavalerie de 1834 à 1843. Il décède en son domicile du 17 rue de l'Université à Paris et est
enterré avec son père, au cimetière du Père-Lachaise à Paris. Il laisse un Catalogue des insectes coléoptères (1821 et 1833). Avec Latreille, il publie une Iconographie
des coléoptères d'Europe
(1822). Avec Boisduval et Aubé, il est l'auteur d'une Histoire naturelle et Iconographie des coléoptères (1829 et années suivantes). Sa
collection de 20 000 coléoptères est considérée comme la plus riche d'Europe (document INRA de Jacques d'Agilar, Insectes n° 149 - 2008). Il laisse aussi
Observations sur l'ordonnance de 1829, relatives à la cavalerie (1838). Amiens (80000) a une rue Dejean et une rue neuve Dejean. Son nom est inscrit en 1841 sur
l'Arc de Triomphe à Paris, pilier sud, colonne 30.






Inscription du nom DEJEAN, A.
sur l'Arc de Triomphe
L

Le général
Auguste Dejean écrit le 2 décembre 1840 au maréchal Soult, ministre de la Guerre, la lettre suivante :

« Paris le 2 décembre 1840

                                                                                        Monsieur le Maréchal
    Je viens d'apprendre qu'une commision présidée par M. le Maréchal Duc de Reggio venait d'être nommée pour examiner les réclamations des officiers généraux
dont les noms n'avaient pas été inscrits sur l'arc de triomphe et je viens vous prier de vouloir bien comprendre mon nom dans le nombre des réclamants.
    Sur l'arc de triomphe on lit bien le nom Dejean, mais par la place qu'il occupe et par les noms qui sont autour de lui, il est évident que c'est celui de mon père, et
je crois que pour mes services et l'emploi que j'ai mené près de l'Empereur, je méritais aussi l'honneur d'être cité personnellement.
    Je vous prie donc d'avoir la bonté de transmettre une réclamation à la commission qui doit s'occuper de cet objet.
    Agréez, je vous prie, Monsieur le Maréchal, l'assurance de mon respect et de ma haute considération.
                                                                                                                                           Le Lieutenant Général, Pair de France
                                                                                                                                                          signé Comte Dejean
À M. le Maréchal Ministre de la Guerre »

Le général Pierre François Marie Auguste a raison d'écrire que le nom Dejean inscrit en 1836 correspond à celui de son père Jean François Aimé, car tous les noms
inscrits en colonne 05 sont ceux de lieutenants généraux ou généraux de division nommés sous la Révolution, avant le 5 février 1799 pour Vandamme.
Le maréchal Soult écrit le 6 décembre 1840 au maréchal Oudinot, duc de Reggio, président de la commission de l'Arc de Triomphe, pour lui transmettre la lettre
précédente du lieutenant général comte Dejean, Pair de France puis écrit le 7 décembre 1840 une lettre au lieutenant général comte Dejean pour lui signaler avoir
transmis sa demande au maréchal Duc de Reggio.
En 1841, la commission présidée par Oudinot présente une nouvelle liste pour les noms à inscrire sur l'Arc de Triomphe. La liste presque complète (241 noms sur
244) est présentée par François Martineau des Chenez, secrétaire général au ministère de la Guerre, conseiller d'état :








Elle est présentée
en six catégories classées par ordre alphabétique : les lieutenants-généraux, les maréchaux de camp de première catégorie, tués sur le champ de
bataille, les maréchaux de camp de deuxième catégorie, promus lieutenants-généraux après la fin de l'Empire, les maréchaux de camp de troisième catégorie, restés
dans leur grade, les administrateurs militaires et les chirurgiens en chef. Le nom Dejean figure dans la première liste, celle des lieutenants-généraux (ou généraux de
division) suivi d'un point dont l'explication figure en fin de liste : « Nota - Les gros points indiquent les noms semblables. »
Le maréchal Soult, ministre de la Guerre fait parvenir à Teste, ministre des Travaux Publics cette liste. Ce dernier répond le 6 août 1841 que cette liste ne lui convient
pas, qu'il ne souhaite pas une liste par grade et par ordre alphabétique, mais une liste respectant ce que Saint-Cyr-Nugues avait fait en 1836 pour les 384 premiers noms,
à savoir quatre groupes à inscrire sur les quatre piliers et respectant un ordre plus ou chronologique et géographique.
La commission qui reçoit ce courrier ne sait pas très bien comment y répondre. Elle adopte finalement une position assez simple. Les noms sont classés en quatre
groupes classés par ordre de date de nomination au grade le plus élevé dans l'armée française durant la Révolution et l'Empire, c'est-à-dire qu'aucune distinction n'est
faite entre les maréchaux de camp restés dans leur grade et ceux promus lieutenants-généraux après l'Empire. Les noms des administrateurs militaires (ou intendants
militaires) ou des chirurgiens sont placés entre ceux des lieutenants-généraux (ou généraux de division) et ceux des maréchaux de camp (ou généraux de brigade).
La colonne 30 où est inscrit le nom Dejean, A. respecte assez bien cet ordre. On peut cependant noter que le nom du général Marisy ne respecte pas cet ordre
chronologique car il a été placé au-dessus des noms des généraux Morangies et Bron mais, ayant été tué au combat, sa place plus haut dans la colonne est un peu plus
honorifique.



BACHELU
MEUNIER, C.
BRICHE
THOUVENOT
MERLIN
DEJEAN, A.
SUBERVIE
BIGARRE
LARREY
LAMETH, Ch.
CAUSSE
LAHURE
ROIZE
MARISY
MORANGIES
BRON
SIBUET
général de division le 26 juin 1813
général de division le 5 novembre 1813
général de division le 19 novembre 1813
général de division le 25 novembre 1813
général de division à l'armée d'Espagne le 15 août 1808 et en janvier 1814 à l'armée française
général de division le 23 juillet 1814
général de division le 23 juillet 1814
général de division le 23 juillet 1814
chirurgien en chef
maréchal de camp le 6 février 1792 puis lieutenant-général le 1er juillet 1815
général de brigade le 13 juin 1795
général de brigade le 19 octobre 1799 puis lieutenant-général honoraire le 22 juillet 1818
général de brigade provisoire le 25 avril 1800
général de brigade le 24 mars 1803
général de brigade le 30 novembre 1801
général de brigade le 30 novembre 1801
général de brigade le 23 août 1813, inscrit en 1867




■ Un autre DEJEAN sur l'Arc de Triomphe : Georges Six dans son dictionnaire biographique indique  que le second DEJEAN serait le général Jean Antoine.
Est-ce possible ?

Il existe deux autres généraux contemporains de Pierre François Marie Auguste :

- le premier, choisi par Georges Six, est Jean Antoine Dejean, né et baptisé à Chalabre dans l'Aude le 27 octobre 1765, et décédé à Brunoy le 6 novembre 1848. Il est
le fils de Claude Dejean, marchand et de Jeanne, née Combes. Général de brigade le 19 octobre 1804, il est commandant d'armes à Marseille en 1805, commandant
des Bouches du Rhône jusqu'en 1814. Pendant les Cent-Jours, il est commandant de la place de Lille. Il n'a participé à aucune campagne de l'Empire. Il n'est pas baron
de l'Empire ni même chevalier de l'Empire. Malgré trois demandes pour être commandant de la Légion d'honneur sous l'Empire, il ne reçoit le titre de commandeur
de la Légion d'honneur que le 1er mai 1821. Lors de l'inspection de la place de Lille en 1827, il est commandant de la place de Lille ; il est marié et a un enfant ; sa
condition physique est « affaiblie par les fatigues de la guerre mais encore assez bonne pour continuer longtemps son service » et il ne lui est noté aucune blessure.
Le parcours de Jean Antoine Dejean  n'est pas particulièrement glorieux et de nombreux généraux dont les noms ne sont pas inscrits sur l'Arc de Triomphe ont eu des
états de service plus élogieux.

- le second est Pierre Dejean, né à Soubes dans l'Hérault le 14 novembre 1774 et décédé à Tours le 10 août 1845. Il est le fils de Pierre Dejean, capitaine de dragons
et d'Anne, née Coste. Colonel du régiment de chasseurs des Vosges, devenu le 12e dragons, le 30 juillet 1823, maréchal de camp le 8 décembre 1831, il est marié le 9
décembre 1835 à Louise Jeanne Jacqueline Texier, fille de Pierre François Texier et de Louise Renée Marie Desmares. Pierre Dejean n'est pas concerné par les
inscriptions sur l'Arc de Triomphe car il n' a eu aucun titre d'officier supérieur ni pendant la Révolution, ni pendant l'Empire.

La commission de l'Arc de Triomphe a retenu pour les inscriptions de 1841 un lieutenant général de l'Empire et n'a probablement même pas étudié les dossiers de ces
deux généraux de brigade. Il n'y a en conclusion aucune autre possibilité d'inscription sur l'Arc de Triomphe que les noms de Jean François Aimé Dejean et de son fils
Pierre François Marie Auguste.

Les noms des couples homonymes inscrits sur l'Arc de Triomphe

En dehors de Dejean, père et fils, on trouve deux autres couples père/fils : Kellermann et Schramm
Pour les couples de frères, il y en a treize : Bessières, Beurmann, Bonaparte, Boyer, Caffarelli, Caulaincourt, Colbert, Corbineau, Damas, Delagrange, Gudin,  Montmarie et Soult.

G. SIX : Dictionnaire biographique des généraux et amiraux français de la Révolution et de l'Empire, Paris G. Saffroy, 1934
J. TULARD : Napoléon et la noblesse d'Empire, Paris, Tallandier, 2001
Service Historique de la Défense (Château de Vincennes) : dossier DEJEAN Jean Antoine (8Yd998) - dossier DEJEAN Jean François Aimé (7Yd265) - dossier
DEJEAN Pierre (8Yd2801) - dossier DEJEAN Pierre François Marie Auguste (7Yd636) - Inscriptions sur l'Arc de Triomphe de l'Étoile - travaux de la commission chargée d'examiner les réclamations (XEM267)

(retour Arc de Triomphe)