CHASSELOUP-LAUBAT

François Charles Louis DE CHASSELOUP-LAUBAT                                                                 

Général de division (Saint-Sornin (Charente-Maritime) 18.8.1754 - Paris 6.10.1833)      

Fils de François de Chasseloup-Laubat, capitaine général du guet et de la capitainerie des gardes-côtes de Marennes, et de Marguerite, née Couyer de Toucheronde, Chasseloup-Laubat est aspirant au corps royal d’artillerie en 1770. Il fait l’école de génie de Mézières en 1778. Capitaine en avril 1791, il dirige les travaux de défense de Montmédy contre les Prussiens en septembre 1792. Après la prise d’Arlon, il est nommé chef de bataillon en juin 1793 et sert au siège de Maastricht. Chef de brigade en novembre 1794, il est au siège de Mayence. À l’armée d’Italie en 1796, il est nommé commandant en chef du génie. Après les sièges du château de Milan et de Mantoue et les combats de Castiglione, Arcole, Rivoli, Chasseloup-Laubat est nommé général de brigade le 21 février 1797. En 1798, il épouse Anne Julie Fresneau qui lui donne quatre enfants : Anne Marguerite Clémence (1798 -1871) épouse de François Scipion de Bernon, Justin  Napoléon (1800 - 1847) député, Justin Prudent (1802 - 1863) général de division et député, Justin Napoléon Samuel Prosper (1805 - 1873) ministre de la Marine et des Colonies. Membre de la commission chargée d’établir la frontière sur le Rhin entre Nimègue et Landau, Chasseloup-Laubat est nommé général de division le 18 septembre 1799 et dirige avec succès le siège de Peschiera qui capitule le 19 janvier 1801. En 1806, il est nommé commandant en chef du génie de la Grande Armée, sert à Eylau puis au siège de Dantzig sous Lefebvre. De retour en Italie en 1808, il est comte de l’Empire le 7 juin 1808. Conseiller d’État le 29 août 1811, il accompagne Napoléon dans son inspection en Hollande, en septembre 1811. En 1812, il est commandant en chef du génie de la Grande Armée, établit le camp retranché de Vilna. Après la retraite, il inspecte les places de Dantzig, Stettin, Magdeburg et Wesel puis est chargé d’inspecter les places d’Italie. Sénateur le 5 avril 1813, il vote la déchéance de Napoléon. Il refuse de se rallier à lui durant les Cent-Jours mais vote contre la mort de Ney durant son procès. Marquis en 1817, président du conseil de perfectionnement de l’École polytechnique en 1820, il devient à peu près aveugle. Chasseloup-Laubat a écrit Essais sur quelques parties de l’artillerie et des fortifications (Milan 1811), Correspondance d’un général français avec un général autrichien sur divers sujets. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris. En 1896, Paris donne le nom de Chasseloup-Laubat à une rue du 15e arrondissement. Son nom CHASSELOUP est inscrit sur l'Arc de Triomphe en 1836, sur le pilier sud, en colonne 24.

                                                                              

 

 

Réclamation de son fils aîné et de son troisième fils pour l'inscription du nom CHASSELOUP-LAUBAT

 sur l'Arc de Triomphe

 

Le 9 mai 1841, Justin Napoléon Samuel Prosper de Chasseloup-Laubat écrit de Paris au maréchal Soult la lettre suivante qui est contresignée par son 
frère aîné Justin Napoléon :

Monsieur le Maréchal Soult Duc de Dalmatie Ministre de la Guerre
 
 
Monsieur le Maréchal,
 
Nous venons d'apprendre que vous aviez chargé une commission de faire rectifier et compléter la liste des généraux dont les noms sont placés sur l'Arc 
de Triomphe de l'Étoile.
C'est pour une famille un si grand honneur qu'elle doit désirer d'y voir son nom gravé sans aucun changement et tel qu'il a été porté. Or, Monsieur le 
Maréchal, un seul des deux noms du général Chasseloup-Laubat a été inscrit sur l'Arc de Triomphe, et cette omission du nom de Laubat doit nous être 
d'autant plus sensible qu'il a existé pendant la Révolution un adjudant général du nom de Chasseloup (1).
Mais c'est le général de division Chasseloup-Laubat qui a commandé en chef le génie pendant les belles campagnes d'Italie, pendant la campagne de 
Prusse et de Pologne, pendant la campagne de Russie ; c'est le général Chasseloup-Laubat qui a fait les sièges de Mantoue, de Peschiera, de Dantzig, 
de Stralsund ; c'est enfin lui qui a été sénateur et pour lequel sans doute, Monsieur le Maréchal, vous avez conservé le souvenir d'un vieux compagnon 
d'armes.
Nous venons donc, au nom de toute notre famille, vous prier de vouloir bien faire ajouter le nom de Laubat au nom de Chasseloup qui est déjà gravé, 
tout en le laissant à la place qu'il occupe sur l'Arc de Triomphe.
Nous vous prions, Monsieur le Maréchal, d'agréer l'expression de notre haute considération et de notre profond respect.
 
 
Vicomte Prosper Chasseloup-Laubat			 					Marquis Justin de Chasseloup-Laubat
Conseiller d'État  Député de la Charente inférieure		 					Député de la Seine inférieure
 
 
 
(1) Julien Augustin CHASSELOUP de CHATILLON (Angles-sur-l'Anglin 10.2.1760 - Rennes 29.1.1800) Fils d'André Augustin Chasseloup de Chatillon, sénéchal d'Angles, et 
d'Anne Gillete, née Massoneau de Prusse, Chasseloup s'engage dans la Garde Nationale de Rochefort puis est élu quartier-maître trésorier du 1er bataillon de la Charente Inférieure 
en octobre 1791. Après avoir servi à l'armée du Nord, il démissionne en septembre 1793 et est élu à titre provisoire adjudant général chef de brigade le 28 octobre 1793. Il sert à 
l'état-major de Hoche. Arrêté en juin 1795 puis remis en liberté en novembre 1795, il sert à nouveau sous Hoche de novembre 1796 jusqu'au décès de ce dernier en septembre 1797 
puis aux armées d'Allemagne, du Rhin et de Mayence. Chasseloup sert à Brest sous Chérin en juillet-août 1798. Il refuse de partir en Égypte pour raison de santé, et est confirmé 
adjudant général chef de brigade le 3 septembre 1799. Il est nommé chef d'état-major par intérim de l'armée de l'Ouest à Rennes.

 

 
 
 
 
Modification de l'inscription du nom CHASSELOUP sur l'Arc de Triomphe
 
 
La lettre précédente reçue le 11 mai 1841 au ministère de la Guerre, donne lieu à une lettre du maréchal Soult en date du 9 juillet 1841 adressée à Teste
 ministre des Travaux publics pour lui demander la modification de l'inscription CHASSELOUP en CHASSELOUP-LAUBAT. Teste écrit à Blouet, 
architecte de l'Arc de Triomphe, le 22 octobre 1841 pour lui demander d'effectuer cette modification. Elle montre que le nom de CHASSELOUP a bien 
été laissé à sa place, au milieu de la colonne et que les ajouts du trait d'union après CHASSELOUP et du mot -AT qui figure comme un exposant 
au-dessus à droite du nom CHASSELOUP ont bien été ajoutés après la première inscription.
Si l'on compare à l'inscription du nom BARAGUEY D'HILLIERS en bas de la même colonne 24, la présentation est différente et le nom BARAGUEY 
en abrégé a bien été inscrit dès le début à côté du mot DHILLIERS.

 

 
 
Sur cette vue du bas des colonnes 23 et 24 de l'Arc de Triomphe, on peut aussi noter une autre modification : un trait sous le nom de BELLIARD 
gravé par erreur a été rebouché.
 
 
 
 
 
Les 10 autres modifications d'inscription sur l'Arc de Triomphe
 
 

 

■ PIJON

François Victor Pijon, ancien officier et maire de Saint-Alban en Haute-Garonne, écrit le 1er octobre 1836 au ministre de l’Intérieur pour signaler que le nom de son frère le général Pijon, dont il était l’aide de camp et qui a été tué à la bataille de Magnano en 1799, a été inscrit par erreur sous le nom de PIGEON et non de PIJON et demande que l’orthographe du nom soit corrigée. H. Pijon, fils de François Victor Pijon, renouvelle cette demande le 26 juin 1839. Le 22 juillet 1839, Jules Armand Dufaure, ministre des Travaux publics écrit à François Victor Pijon, maire de Saint-Alban pour lui exprimer les difficultés qu'il y aurait à changer l'inscription PIGEON pour la transformer en PIJON. Il voit deux difficultés dues au fait qu'il faudrait changer la pierre où est gravé le nom PIGEON pour y mettre une nouvelle pierre rapportée par incrustation. La première difficulté viendrait du raccordement entre la teinte de la nouvelle pierre avec les anciennes pierres qui ont déjà changé avec le temps. La deuxième difficulté est qu'une pierre rapportée montre toujours une dégradation plus prompte que la pierre d'origine. Le 22 octobre 1841, Teste, nouveau ministre des Travaux publics, demande à Blouet d'effectuer la modification de PIGEON en PIJON. C'est donc bien la solution de l'ancienne pierre supportant le mot PIGEON qui est remplacée par une nouvelle pierre rapportée et incrustée qui permet une nouvelle inscription du mot PIJON, qui est retenue. Cette modification de l'inscription dans le bas de la colonne 27 montre bien les limites de la pierre rapportée. Cette opération a généré un petit éclat dans l'ancienne pierre dans la partie en bas à droite.

 
 
 
 
 
■ BONET
 
Il en est de même pour BONET en colonne 15, dont le nom avait été écrit BONNET. Le 22 octobre 1841, dans la même lettre du 22 octobre 1841  que pour les deux modifications précédentes, Teste demande à Blouet d'effectuer cette 
modification. Le général Bonet avait signalé que son nom n'avait qu'un n.
 
 
 
 
 
 
■ LEDRU DES ESSARTS
 
En colonne 27, l'inscription LEDRU DES ESSARTS avait été faite par erreur sous le nom LEDRU DES ARTS ou plus exactement sous la forme
LEDRU DARTS. Selon la même demande de Teste à Blouet le 22 octobre 1841, la modification est faite avec le même moyen d'une pierre retirée 
supportant la précédente inscription DARTS pour la remplacer par une nouvelle pierre rapportée et incrustée. Mais dans ce cas la pierre changée et 
rapportée est plus petite car cette modification ne concerne que la fin du nom après LEDRU. On peut aussi noter que cette correction a été faite en 
introduisant une nouvelle erreur : l'exposant après ESS aurait dû être TS et non DS.
La faute en revient probablement au maréchal Soult qui dans sa lettre du 9 juillet 1841 à Teste écrit : « Il faut écrire Ledru des Essardt et non  Ledru 
des Arts. » Le 22 octobre 1841, Teste transmet à Blouet la même demande, sous la même forme, Ledru des Essardt (au lieu des Essarts) et non 
Ledru des Arts. Enfin le mot DES a été ajouté entre LEDRU et ESSds.
 
 
 
 
 
 
 
 
■ ABBÉ
 
En colonne 36, l'inscription ABBE avait été faite par erreur sous le nom ABBI. Selon la même demande de Teste à Blouet le 22 octobre 1841, la 
modification est faite en transformant le I final en E. Cette modification se voit car le E étant plus large que le I, le mot ABBE n'est plus tout à fait 
centré au milieu de la colonne. La comparaison peut se faire avec l'inscription VALEE, deux places au-dessus : les deux E finaux sont presque au même 
niveau à droite, alors que le V de VALEE est largement plus à gauche que le A de ABBE.
 
 
 
 
 
 
■ KNIAZIEWICZ
 
Le 21 décembre 1841, Martineau, secrétaire général au ministère de la Guerre écrit à de Noue, chef de section au ministère des Travaux publics pour 
lui confirmer que KNIAZIEWICZ est bien l'orthographe du nom du général polonais qui vient d'être inscrit sur l'Arc de Triomphe (colonne 12) et que 
les deux dernières lettres précédant le Z final sont bien I et C et non I et E. La modification est faite comme la précédente en ne changeant qu'une 
petite pierre supportant uniquement les lettres I et E qui sont remplacées par une pierre où sont gravées les lettres I et C.
 
 
 
 
 
 
 
 
■ SERURIER et le cas d'Eugène de BEAUHARNAIS

En haut de la colonne 24, on note une correction concernant le nom du maréchal SERURIER. Le 30 août 1843, le sous-secrétaire d'état au ministère des Travaux publics écrit au maréchal Soult pour l'informer avoir reçu une lettre du baron Sérurier lui demandant « que le nom du maréchal Sérurier soit rectifié sur l'Arc de l'Étoile où il est inscrit d'une manière fautive ». Dès le lendemain 31 août 1843, le maréchal Soult répond à Teste, ministre des Travaux Publics pour lui confirmer que « le nom du maréchal est bien Sérurier et non Serrurier ainsi qu'il résulte de son acte de naissance déposé aux archives de (son) département (ministère de la Guerre) ». Il ajoute : « La réclamation de M. le Baron Sérurier se trouve fondée et je ne vois dès lors rien qui s'oppose à ce que vous la preniez en considération en autorisant le changement qu'il sollicite dans l'inscription dont il s'agit. » La modification est donc faite encore une fois en remplaçant une pierre où était gravée le début du nom SERRURIER. Une pierre où étaient gravées les 3 premières lettres SER est retirée pour être remplacée par une pierre sur laquelle sont gravées les 2 lettres SE, l'ajustement entre la nouvelle et l'ancienne pierre se faisant au niveau de la barre verticale du R restant. Cette correction s'est faite au détriment de la symétrie : le nom SERURIER n'est plus maintenant centré à sa place. Cela se voit très bien en comparant cette inscription à celle du nom de MARMONT, trois places au-dessous. Le T final de MARMONT est au même niveau vertical que le R final de SERURIER. Par contre le M initial de MARMONT est nettement plus à gauche que le S initial de SERURIER.

 On note pour BEAUHARNAIS dans la même colonne 24, un petit e., sculpté au-dessus du B de BEAUHARNAIS. Le but est de bien montrer que le nom inscrit correspond à celui d'Eugène de Beauharnais et non à celui de son père Alexandre de Beauharnais, général de division commandant en chef de l'armée du Rhin en 1793 et qui aurait très bien pu être inscrit sur l'Arc de Triomphe. Mais contrairement à CHASSELOUP-LAUBAT, il semble que ce ne soit pas un ajout et que cette inscription n'ait jamais été modifiée. Il y a plusieurs raisons pour expliquer cette inscription : avec onze lettres le nom de BEAUHARNAIS est le plus long nom de la colonne 24 et compte tenu de la tailles des lettres, il n'y avait pas de place pour inscrire une autre lettre E avec un point après le E, sans déborder vers les bords extérieurs de la colonne 24.

 
 
 
 
 
 
 
■ D'ELBHECQ
 
Pour D'ELBHECQ en colonne 33, une photo prise avant 1849 montre que le nom inscrit était DELBECQ. Le 20 septembre 1849, Paul du Chambge 
de Liessart, parent du général du Chambge d'Elbhecq, écrit au ministre de la Guerre pour réclamer la correction de ce nom inscrit, DELBECQ. Après 
vérification et avec l'assurance que cette modification se fera « sans causer au monument de grave détérioration » les ministres de la Guerre et des 
Travaux publics autorisent l'architecte Blouet à effectuer cette modification le 30 octobre 1849. Alors que pour PIJON et BONET, le nouveau nom à 
inscrire était moins long que celui inscrit initialement, il n'y avait pas de problème après changement du bloc de pierre pour inscrire le nouveau nom sur 
ce bloc. Ce n'est pas le cas pour D'ELBHECQ dont l'inscription occupe une plus grande place. Sachant que pour respecter l'esthétisme des inscriptions, 
il n'était pas possible de réduire la taille des lettres, la solution retenue a été de faire déborder l'inscription de part et d'autre du nouveau bloc de pierre, 
ce que l'on voit encore très bien aujourd'hui.
 
 
 
 
 
 
 
■ DELEGORGUE
 
Le nom DELEGORGUE, inscrit en colonne 27, quant à lui a perdu son S qui a été rebouché et que l'on voit encore.
 
 
 
 
 
 
 
■ DUGUA
 
Le nom DUGUA, inscrit en colonne 25, avait été écrit DAGUA. On voit encore le A rebouché sous le premier U de DUGUA.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
■ RIGAU
 
Le nom de RIGAU, inscrit en bas de la colonne 10, avait été écrit BIGAU. On devine encore un B dans la partie basse de la lettre R qui a subi un léger 
enlèvement de matière avant rebouchage.
 

 

 

 

Pour 7 des modifications, le livret de J. Thierry et G. Coulon Notice historique de l'Arc de Triomphe de l'Étoile publié en 1838 et celui de M. Maurbrun Esquisses en vers de l'Arc de Triomphe de l'Etoile publié en 1837, donnent la liste des 384 inscriptions de 1836 ; ils indiquent bien dans les tableaux de présentation, les inscriptions telles quelle étaient avant corrections : CHASSELOUP, PIGEON, BONNET, ABBI, DELBECQ, DELEGORGUES, SERRURIER. Pour LEDRU DES ESSARTS, le premier livret indique LEDRU Darts, le second DEBRU Darts. Pour Eugène de BEAUHARNAIS, c'est bien E. BEAUHARNAIS  qui est indiqué. Pour BELLIARD, il n'y a aucun signe distinctif indiquant un homme tué au combat mais le trait sous le nom de BELLIARD a bien été corrigé après une visite de Saint-Cyr-Nugues sous les voûtes de l'Arc de Triomphe en 1836 - 1837. Il a en effet écrit une note signalant cette erreur en même temps que celle de la mauvaise inscription de Abbi au lieu de Abbé. Pour DUGUA bien orthographié dans les livrets précédents, il est difficile de savoir si la correction a été faite juste après l'inscription ou quelque temps après. Enfin pour KNIAZIEWICZ et RIGAU inscrits en 1841, ils ne figuraient bien sûr pas dans les livrets publiés en 1837 et 1838. Par contre dans les éditions de 1844 et de 1847 de la Notice historique de l'Arc de Triomphe de l'Étoile les inscriptions de 1841 et 1842 y figurent. KNIAZIEWICZ est correctement orthographié. Quant à RIGAU, il est inscrit sous le nom de BIGAU en 1844 et de RIGAU en 1847, ce qui confirme que la correction de BIGAU en RIGAU s'est faite plusieurs années après l'inscription de 1841. Quant à DELEGORGUE, il est inscrit avec le S terminal aussi bien en 1844 qu'en 1847.

 

Les 12 corrections mentionnés ici pour CHASSELOUP-LAUBAT, BELLIARD, PIJON, BONET, LEDRU DES ESSARTS, ABBÉ, KNIAZIEWICZ, D'ELBHECQ, DELEGORGUES, DUGUA, RIGAU et SERURIER ne correspondent qu'aux corrections qui sont encore visibles de nos jours. Les ajouts de traits sous les noms de BESSIÈRES, DUROC et CHAMORIN sont connus mais n'ont laissés aucune trace visible. Il en existe peut-être d'autres. Si vous en connaissez, n'hésitez pas à prendre contact avec moi :

 

arnauld.divry@wanadoo.fr

 

Enfin, on note des corrections concernant des lettes N qui sont probablement des réparations après gravure. Ces corrections ont été faites soit immédiatement après gravure, soit quelques années après : l'opération, comme pour la majorité des modifications, a consisté à retirer la pierre supportant une ou deux lettres N puis à rapporter une nouvelle pierre par incrustation pour graver à nouveau une ou deux lettres N

 

En bas de la colonne 07, les N de MARCOGNET, GUILLEMINOT et FAUCONNET ont été remplacés. Par contre le N de DORSNER n'a pas été modifié.

 

 

En bas de la colonne 03, dans le nom de CHAMPIONNET, les deux N ont été remplacés.

 

Archives Nationales : F/21/1341 Arc de Triomphe 1835 - 1850 - F/21/1342 Arc de Triomphe 1841 - 1871

Service Historique de la Défense (Château de Vincennes) : dossiers CHASSELOUP-LAUBAT François Charles Louis (7Yd329 en particulier le document 18, lettre du 9 mai 1841)  -  CHASSELOUP (2Ye780) -  PIJON (8Yd613) -  SERURIER (6Yd18 en particulier les documents concernant l'Arc de Triomphe 25 (ex 91) et 26 (ex 92))

D. et B. QUINTIN : Dictionnaire des chefs de brigade, colonels et capitaines de vaisseau de Bonaparte Premier Consul, Paris, Édition SPM L'Harmattan, 2012

M. MAURBRUN : Esquisses en vers de l'Arc de Triomphe de l'Etoile, précédée d'une dédicace à l'armée, Paris, F.-M. MAURICE Éditeur, 1837

J. THIERRY et G. COULON : Notice historique de l'Arc de Triomphe de l'Étoile, Paris, J. THIERRY, ROSSELIN, éditions de 1838, 1844, 1847

(retour Arc de Triomphe)

(retour 1900 : l'avenir est à la vapeur)