L'entreprise CHABOCHE

 

Le siège social (rue Rodier à Paris 9ème)

 

Après avoir été au 7 rue Rodier en 1885, il est au 33, 35, 37 en 1901 puis 33, 35 en 1903. L'ensemble occupé forme un coin avec la rue de la Tour d'Auvergne. Une entrée au 30-32 de cette rue est réservée à la partie habitation, le 30 étant cependant donné comme adresse de livraisons des marchandises. Les enfants d'Edmond ont logé dans ce double immeuble séparé par une cour intérieure : voir la page sur la rue de la Tour d'Auvergne ainsi que la page suivante.

gravure signée C. ALIX

Les constructions de la rue Rodier sont assez récentes car la rue n'existe dans son tracé actuel que depuis 1877, alors que la rue de la Tour d'Auvergne est ouverte au moins depuis 1760. En 1810, à cet emplacement se trouvait une zone de jardins potagers.

Au même emplacement 33/35 rue Rodier - 30/32 rue de La Tour d'Auvergne se trouve actuellement un grand immeuble blanc occupé par un centre de tri de la Poste. (images visibles sur Google Maps - Street view 32 rue de la Tour d'Auvergne et / ou 33  rue Rodier Paris 9e)

Téléphone : 116-76 (1901) - GUTENBERG 16 76 (1919) - TRUdaine 00 54 ou 054 et TRUdaine 00 55 ou 055 (1928) - TRUdaine 00 54 (3 lignes) (1931) et TRUdaine 41 63 (chauffage central)

Télégraphe : SALMAND-PARIS (1925) - SALMAND-PARIS-68 (1929) - SALMAND-PARIS-63 (1933)

 

Les bureaux de vente

 

Paris : 77 bis rue de Richelieu dans le 2ème arrondissement

Le magasin forme l'angle avec la rue du 4 septembre.

La photo peut être datée entre 1899 et 1908 : dans la devanture à gauche figure, entouré de deux modèles de Salamandre Renaissance ayant débuté en 1899,  le premier modèle de Salamandre rond ou en éventail. La vente de ce modèle avait cessé en 1908. Il y a dans ce magasin deux entrées, une au 7 de la rue du 4 septembre, une au 77 bis rue de Richelieu, là où se trouvent les deux personnages. Le 77 bis rue Richelieu est inscrit comme adresse de la société CHABOCHE derrière les portes des premières salamandres. Au 77, c'est-à-dire dans l'immeuble à gauche de la photo se trouvent des bureaux commerciaux. Ces bureaux ont été utilisés jusqu'à 1914 - 1918 ou peu après 1918.

 

Cette vue du magasin de vente des salamandres à Paris est plus récente. L'indication « LA SIRÈNE » sur la partie droite de la photo (rue du 4 septembre) est remplacée par « E. CHABOCHE ». Au-dessus du premier étage on voit « & FILS » fin probable de « E. CHABOCHE & FILS » montrant que cette photo date probablement d'après 1929. Le magasin a été vendu entre 1934 et 1942.

 

La photo ci-dessus date de juin 2002. Un restaurant bar brasserie « L' Ami Georges » occupe la même surface que le magasin de vente des salamandres. L'immeuble n'a pas changé : la disposition des fenêtres du premier étage est la même ainsi que la porte sur la rue du 4 septembre.

L'immeuble a été construit en 1869, 5 ans après la création de la rue du 10 décembre qui s'est ensuite appelée rue du 4 septembre. A cet emplacement existait en 1634 un hôtel construit pour le chirurgien du roi, François THÉVENIN. Il a été habité ensuite par son neveu puis par le duc de GRANCEY, maréchal de France. C'est ensuite Jean-Jacques CHARRON, marquis de MÉNARS, président au parlement de Paris qui occupa les lieux. En 1733, l'hôtel Ménars est détruit pour être remplacé par deux hôtels construits pour Simon BOUTIN, receveur général des finances de Tours. Le petit hôtel Boutin qui occupa l'emplacement ci-dessus est habité ensuite par la fille de Simon BOUTIN puis par le comte d'IGNY. Parmi les locataires on note le corsaire DUGUAY-TROUIN qui y mourut en 1736 à 63 ans. En 1807, on peut y trouver la régie générale des Salines.

(extrait du Dictionnaire historique des rues de Paris par Jacques Hillairet, Paris, Éditions de Minuit , 1963)

 

 

 

Londres : 255 Tottenham Court Road (W1)

Le magasin « The SALAMANDRE STOVE Co » existe au moins depuis 1924. Il est situé en plein centre de Londres, à moins de 500m du British Museum. Il est possible d'y faire faire des réparations.

Le Royaume-Uni a probablement été le pays, en dehors de la France, où le plus grand nombre de salamandres a été vendu, au point que le mot Salamander a pris en anglais une signification spéciale, différente du français et qui prend en compte l'aspect mobile mais aussi provisoire de l'installation du poêle. 

SALAMANDER : A portable stove used to dry out a building under construction (COLLINS English dictionary complete and unabridged, COLLINS Publishers,  2003)

 

 

 

 

Buenos-Aires : 189 Tacuari

Un magasin intitulé LUNET, HUGUENIN Cie est mentionné pour la première fois dans une publicité de juin 1928. Il se trouve en plein centre historique de Buenos-Aires dans la rue Tacuari, rue nord-sud à mi-distance entre la Plaza de Mayo et la Plaza de Congresso

 

original Daniel CHABOCHE  (avril 2004)

L'immeuble blanc avec le drugstore correspond au 189 rue Tacuari. À cet emplacement se trouvait le magasin LUNET, HUGUENIN Cie qui vendait des salamandres dans les années 1928 - 1934 et probablement après. Il devait ressembler à l'immeuble voisin de droite, construit avant 1928. L'Argentine et les pays voisins comme l'Uruguay ont eu une forte croissance économique dans ces années, ce qui explique le succès rencontré par les salamandres.

 Ce magasin a probablement été la source de ventes importantes en Argentine, à tel point qu'en 1987, une publication dans la presse locale a pu avoir lieu avec le titre « Votre Salamandre fonctionne-t-elle bien ? »

 

Sur la photo de gauche, c'est le modèle de Salamandre Tritonia qui est un original ou plus probablement une copie réalisée par Juan Bautista ISTILART. L'origine « Chaboché » est cependant mentionnée !

 

 

 

 

Galata (Turquie)

Ce magasin de la banlieue d'Istanbul est indiqué pour la première fois dans le catalogue de 1933. Le quartier de Galata fait maintenant partie d'Istanbul. Il se trouve au nord de la Corne d'or et est accessible du centre par le pont de Galata. C'est à proximité du palais de France, ancienne ambassade du temps des sultans, et surtout du lycée impérial de Galatasaray qui joua un rôle important dans le rayonnement de la culture française et qui est maintenant plus connu pour son équipe de football.

 


 Agents et dépositaires


En dehors de ces bureaux de vente, il y a de nombreux agents et dépositaires.

On peut citer :

- DUBERNAT 19 rue d'Amiens à Montdidier (Lettres d'Edmond Chaboche 1914 - 1915)

- R. PLAÇAIS, successeur, 18 rue de Pâquis à Genève (Annonce parue dans le Journal de Genève du 16 décembre 1888)

- M. SARTORI 22 rue de la Gare à Niort (Affiche de 1900)

Plus de 1000 agents et dépositaires sont mentionnés dans le catalogue de 1928.

Plus de 2000 agents et dépositaires sont mentionnés dans le catalogue de 1933.

Voici quelques noms en France en 1952 :

BERTHELIN représentant à Alençon

BODEVIGIE revendeur à Lyon

BOCQUET revendeur à Béthune

COMBELLE représentant du Nord

DEHOUR concessionnaire à Douai

DESCOURS et CABAUD revendeur à Lyon

FRANCIN revendeur à Troyes

GALERIES LAFAYETTE de Lyon revendeur

GENTILINI revendeur à Lyon, ancien concessionnaire

GREEN représentant à Paris

HAMON représentant en Bretagne

JONQUERE revendeur à Saint-Omer

LECLERC représentant à Nancy

MORIN représentant à Lyon

PRADAT revendeur à Lyon

RIVAILLAND concessionnaire à Bordeaux

ROULLET représentant à Niort

RUELLE revendeur à Troyes

TRICOT représentant à Marseille

VIVET représentant à Toulouse

WILMOT-ROUSSEL concessionnaire à Lille

 

 

Le chantier de la Salamandre

au 9 - 11 boulevard Berthier Paris 17e

 

Extrait d'une affiche publicitaire de KOSSUTH de 1925 Trois applications nouvelles de la salamandre

Les salamandres demandant comme combustible des charbons de bonne et très bonne bonne qualité, Edmond CHABOCHE achète un magasin au 9 - 11 boulevard Berthier à Paris 17e (écurie, logement du gardien - concierge, hangar) et dépose 3 permis de construire, le 28 septembre 1891 (écurie, sans architecte), le 23 décembre 1891 (logement du gardien - concierge, architecte Edmond CHABOCHE) et le 2 mai 1900 (hangar, architecte RENAULT 14 rue Moncey). Edmond CHABOCHE loue ce magasin à un marchand de charbons offrant pour les clients de la région parisienne des qualités de charbon conformes à celles recommandées pour les salamandres. En décembre 1919, après la guerre de 1914 - 1918 où l'approvisionnement en charbon s'était fait difficilement et où la plupart des clients étaient perdus, Edmond CHABOCHE se sépare des locataires, la famille GEUVOT et offre la location à M. LE BORGNEUR. L'accord est le suivant : chaque nouveau client apporté par l'entreprise CHABOCHE donne lieu à un versement à l'entreprise CHABOCHE de 20 tonnes de charbon et un tant pour cent par tonne. Le magasin porte le titre de Chantier de la Salamandre. Durant la guerre de 1939 - 1945, où l'approvisionnement en charbon est encore plus difficile, ce magasin est vendu. Pour cette vente, ma mère et mon grand-père Pierre CHABOCHE sont venus ensemble à bicyclette et sont repartis avec une assez forte somme d'argent en liquide.

 

7 et 9 boulevard Berthier Paris 17e  -  Photo du 23 octobre 2009

Le 7, à gauche, et le 9, à droite, du boulevard Berthier sont maintenant regroupés au niveau du rez-de-chaussée et du premier étage pour former un magasin Saint-Maclou.

 

11 boulevard  Berthier Paris 17e  -  Photo du 23 octobre 2009

C'est au 9 - 11 boulevard Berthier que se trouvait l'écurie, première construction entreprise par Edmond CHABOCHE, dès le 28 septembre 1891. Sur cet emplacement se trouve maintenant le bar Le Relais Berthier.

Les informations sur les 3 permis de construire proviennent du site internet Paris 1876 -1914 - les permis de construire : mars 2008

http://parisenconstruction.blogspot.com/2008/03/lettre-b-de-rue-belliard-rue-bezout.html

Page suivante

(retour)