1900 : l'avenir est à la vapeur ?

 

 

En 1900 certains envisageaient même des « chemins de fer de route »

 

LES DÉBUTS DE L’AUTOMOBILISME

 

Extraits de LECTURE POUR TOUS,

REVUE UNIVERSELLE ET POPULAIRE ILLUSTRÉE

2ème année n°12 septembre 1900

Paris, HACHETTE

 

On avait commencé par utiliser l’homme comme véritable bête de trait, puis le cheval avait remplacé l’homme. Restait à supprimer le cheval. L’Exposition nous montre les premiers efforts tentés dans ce sens et les premières victoires remportées. Il y a là, dans un carré de quelques mètres, lamentables comme des pauvres honteux, les premiers vélocipèdes, la draisienne, vrai jouet d’enfant avec une tête de cheval sculptée à l’avant du guidon, et le célérifère, créé en 1811 et devenu vite d’un emploi si commun : on l’enfourchait pour se pousser en avant à grandes enjambées et hâtifs tours de roue. A côté, c’est la première bicyclette, avec une pédale à chaîne, construite par la maison MICHAUX vers 1860 ; presque barbare tant elle grêle et incommode. Puis un nouveau progrès est réalisé : voici le premier tricycle à vapeur, de DION-BOUTON, de 1885, une voiture-diligence à vapeur lancée la même année, et la première voiture automobile, actionnée par la vapeur et chauffée avec de l’huile de pétrole. Aujourd’hui, si rapides sont les progrès de l’automobilisme en France que d’année en année les amateurs sont obligés de revendre leur automobile pour en acquérir un nouveau (1).

Et quelle vitesse prodigieuse ! A la course Paris-Amsterdam une voiture PANHARD arrive la première, accomplissant le parcours de 1452 kilomètres en 25 heures, 4 minutes, 34 secondes ; une voiture BOLÉE, arrivée seconde, l’accomplit en 31 heures. La voiture électrique du colonel CHASSELOUP-LAUBAT franchit sans élan le premier kilomètre en 56 secondes (2) : c’est le dernier record obtenu.

Certaines de ces voitures atteignent à un prix de 25 000 francs (3). Mais on peut avoir une voiturette pour 1 000 francs (4). Et le bon marché ne fera que croître.

N’était-il pas tout naturel que l’on songeât à créer, à la suite d’un pareil succès, de véritables chemins de fer de route ? Les voitures SCOTT sont un véritable chemin de fer, avec wagon pour voyageurs et wagons pour marchandises. Un train SCOTT de voyageurs marche à une allure de 12 à 16 kilomètres, et un train de marchandises à une allure de 6 à 7 kilomètres.

Étrange est l’impression que nous ressentons devant cette exposition rétrospective de la locomotion. Devant les coches et les diligences, nous ne pouvons contenir notre stupéfaction, tout surpris que des véhicules semblables aient pu exister et rendre des services. Nous disons volontiers par manière de proverbe : cela nous ramène au temps des diligences. Et nous ne pensons pas qu’un jour viendra, proche peut-être, où nos petits-enfants riront de nos actuels moyens de locomotion. Montés sur un cycle unique, dont la vitesse sera formidable, ou confortablement installés au haut des airs, dans un ballon, ils railleront la lenteur de nos tricycles à vapeur et de nos voitures électriques.

 

 

(1) Automobile est au masculin.

(2) Gaston de CHASSELOUP-LAUBAT descendant du général d'Empire CHASSELOUP-LAUBAT

(3) Équivalent à environ 96 600 € en 2014.

(4) Équivalent à environ 3 900 € en 2014.

 

 

 

En 1900, la voiture sans chevaux fait son apparition aux grandes manœuvres de l’armée.

 

L’illustration Automobile Club de France

(Extrait de Victor BREYER, La belle époque à 30 à l’heure,

Paris, Éditions France-Empire - Collection « si 1900 m’était conté », 1984)

 

Le double phaéton CHABOCHE semble promis à un avenir sûr.

 

Page suivante

(retour)