La famille DIVRY en 1885 à Fourmies



Léon DIVRY entouré de sa femme, de ses enfants et de la famille de sa femme

Au dernier rang de gauche à droite, Léon DIVRY avec dans ses bras sa fille Clotilde, Pauline LEGRAND née LEGRAND, Paul MORTGAT, Georges LEGRAND, Julie STAINCQ, Cécile STAINCQ née CLAVON, Alexandre HENRIOT, Louise HENRIOT née CLAVON, Jeanne CLAVON ;
au deuxième rang, de gauche à droite, Vital HERMANT, Thérèse DIVRY née HERMANT avec sur ses genoux son fils Édouard DIVRY, Auguste LEGRAND avec sur ses genoux René LEGRAND, Joséphine LEGRAND née CLAVON, Xavier Joseph CLAVON, Félicie MORTGAT née CLAVON, Louis CLAVON et sur ses genoux Pierre HENRIOT, Maria CLAVON née COLLIGNON, Pauline CLAVON, Maria CLAVON ;
au premier rang assis sur un tabouret, Louise DIVRY, et Henri LEGRAND.



En 1885, Léon Victor Honoré DIVRY et sa femme Louise Marie Thérèse HERMANT (Fourmies 1/2/1858 - Le Vésinet 6/1/1910) n'ont encore que trois enfants, Louise née le 9 novembre 1880 à Fourmies, Clotilde née le 18 janvier 1883 à Fourmies et Édouard né le 17 décembre 1884 à Fourmies. 


Thérèse HERMANT avec son père Vital Joseph HERMANT vers 1885.
(Documents provenant de Claire Marie HUET née DIVRY)


Vital Joseph HERMANT (1831 - 1886) a épousé Louise CLAVON (1834 - 1876), fille de Xavier Joseph CLAVON (1800 - 1885), au centre
de la photo ci-dessus, avec une canne, et de Pauline GUERIT (1806 - 1875). Vital Joseph HERMANT est le fils de
Jacques Joseph HERMANT (1796 - 1858) qui avait participé à la création de l'entreprise DIVRY, MICHELET et Cie en 1852.

Xavier Joseph CLAVON, notaire à Féron, avait enregistré le 21 août 1863, le changement d'actionnaires de la nouvelle société DIVRY et Cie.
C'est un personnage qui a marqué la vie de Fourmies. Membre du conseil municipal, il a créé la compagnie de sapeurs pompiers qu'il dirigea,
présidé une société philharmonique et lancé en 1850 la Société de charité, œuvre de bienfaisance dont il était le secrétaire-trésorier.
Notaire et filateur, c'était un cousin germain par alliance de Théophile LEGRAND et un grand-père de mon arrière-grand-mère.
(Jean-Louis CHAPPAT, Théophile Legrand - Un pionnier de l'industrie lainière du Nord, Fourmies, XIXe siècle, Paris, Tallandier, 2018)

(Page suivante)

(retour)